• A propos

Récompenses

  • Symphony No. 7 Orchestre National de Lille
    Le choix de France Musique award
  • Le choix de France Musique award
  • Le choix de France Musique award Diapason Découverte award
  • Le choix de France Musique award
    « Entre classique et jazz, la clarinette de Michel Portal, bientôt 85 ans, est restée celle d'un collégien curieux et passionné tandis que le jeu noble et racé de Paul Meyer porte toujours plus haut les couleurs de l'école de vents française. Marie-Aude Roux »
    Le Monde
  • Choc Classica award
    • A Fancy
    A Fancy Bor Zuljan
    GRAMOPHONE Editor's Choice 1 award Diapason Or award Choc Classica award
  • Le choix de France Musique award
    « Une permanente joliesse à laquelle la battue d'Hervé Niquet, toujours à fond de train, évite l'écueil de la mièvrerie, sans pour autant épargner la santé des pupitres de son Concert Spirituel. Vincent Borel »
    Opéra Magazine
    « La richesse des textures, la sombre intensité des cordes, la puissance dramatique de la sonorité comme de la direction sont autant d'atouts pour donner du poids à cette Armide hybride et survoltée. Loïc Chahine »
    Diapason - 4 Diapasons
  • Elu citizen jazz award
    « Avec cette œuvre, il nous montre l'éventail des possibilités de ce formidable générateur de son qu'est le trombone et toutes ses techniques étendues. Franpi Barriaux »
    Citizen Jazz
  • ffff Télérama award Le choix de France Musique award Le choix de France Musique award
    « Choeurs splendides, cuivres sonores et précis, bois souples et attachants, cordes impeccables, percussions inventives et un groupe de continuo très vivant pour les récitatifs : Leonardo García Alarcón signe une direction généreuse et théâtrale. Avec lui, six excellents solistes : Matthew Newlin en Samson, Klara Ek en Dalila mais aussi Lawrence Zazzo, Maxime Melnik, Julie Roset et le formidable Luigi di Donato, qui incarne les deux rôles de basse (Harapha et Manoa). »
    La Libre Belgique: Arts Libres
    « Leonardo Garcia-Alarcon dirige avec le juste mélange de pompe et de souplesse qu'appelle cette musique le Chœur de chambre de Namur, le Millenium Orchestra et une belle brochette de solistes : Matthew Newlin dans le rôle-titre, Klara Ek en Dalila ainsi que Lawrence Zazzo, Luigi Di Donato, Julie Roset et Maxime Melnik. »
    Choix Musiq3
  • Presto Classical Editor's Choice award
  • Vienne 1900 Daishin Kashimoto
    Le choix de France Musique award
    « Cinq stars (de l'équipe du festival de Salon-de-Provence) qui ne jouent justement pas les stars, mais rivalisent d'engagement, de style et d'élégance. François Lafon »
    Musikzen
    « plus intime dans celle de Pahud, Meyer et Le Sage et de leurs amis au Festival de Salonde- Provence. traités avec un indéniable panache. »
    Le Soir: Mad
  • Diamant Opera Magazine award
    « Entre accents fougueux et moment suspendus, cette version est d'une beauté à couper le souffle. Filippo Pantieri dirige également les musiciens de l'ensemble Sezione Aurea, qui font beaucoup plus qu'accompagner le soliste : ils respirent avec lui et se hissent au même niveau d'inspiration, exceptionnel, s'il fallait encore le préciser. Bernard Schreuders »
    ForumOpera
    « Voix ductile et expressive, joliment encadrée par l'ensemble Sezione Aurea, dirigé du clavecin par Filippo Pantieri. »
    Choix Musiq3
  • Supersonic PIZZICATO award
    « Nicolas Altstaedt […] et Alexander Lonquich […] déjà complices dans d'autres domaines, y montrent, en plus, une égale sensibilité aux mille chemins conduisant à la fugue vertigineuse qui clôt la 5e Sonate. François Lafon »
    Musikzen
    « La complicité du duo formé par Nicolas Alstaedt et Alexander Lonquich rend justice avec virtuosité et caractère à l'énergie comme à l'humour qui irriguent ces partitions. - Simon Corley »
    Diapason - 3 Diapasons
  • Le choix de France Musique award Presto Classical Editor's Choice award
    « C'est à Schoenberg que l'on pense et aux ressorts de la variation continue, s'agissant d'une partition d'une grande rigueur d'élaboration, restituée de manière exemplaire par Les Dissonances. Michèle Tosi »
    ResMusica
    « Une description juste de sa musique d'ailleurs, audacieuse sans être agressive, variée sans être disparate, brillante sans être clinquante. Juste retour des choses, ses interprètes-inspirateurs prodiguent tout le talent qu'on leur connaît à donner leur chance à ces pièces de choix. François Lafon »
    Musikzen
  • Klara Ordeel award
    « Helmchen et Manze, sans détourner les partitions, apportent un regard frais sur des œuvres si connues. »
    Le Devoir
    « Un pianiste passionné de musique de chambre, un orchestre phare de la grande tradition allemande, un chef venu du baroque et pratiquant l'« historiquement informé » : bon alliage […] pour ne pas manquer l'évolution stylistique qui parcourt les cinq Concertos de Beethoven. François Lafon »
    Musikzen
  • Paradise Lost Julius Drake
    Presto Classical Editor's Choice award
    « Le programme est habilement composé et inclut quelques intéressantes raretés. » Laurent Bury »
    Wanderer
    « La voix est bien conduite, et les couleurs fraîches et légères du timbre conviennent tout particulièrement aux premières parties du programme, lorsque s'exprime encore l'innocence de la première femme de l'humanité. L'accompagnement de Julius Drake est un bonheur pour l'esprit et pour l'oreille, et le pianiste y est pour beaucoup dans la cohérence dramatique et musicale d'un programme passionnant et original. Pierre Degott »
    ResMusica
  • Opus 111 João Barradas
    CHoc JazzMag award
    « Magistral »
    Libération, 8/03/2020
    « Coup de cœur de la semaine sur TSF Jazz »
    TSF Jazz
  • Diapason Or award Le choix de France Musique award Choc Classica award Cle ResMusica award
    « 5 clés de sol Opéra Magazine – Bien évidemment, dans ce nouveau récital, gravé en studio, en août 2019, la diseuse est en pleine lumière : une profonde intelligence du texte lui permet de varier les phrasés, les nuances, les couleurs. Sans parler de l'originalité du programme, qui excite la curiosité. Michel Parouty »
    Opéra Magazine
    « Véronique Gens après avoir brillé chez Offenbach et Lehar, comme sa consœur, n'a plus aucun mal à se glisser avec chic et naturel dans ce répertoire longtemps tenu pour mineur et regardé de haut. Le style est là, la présence et la maturité aussi et nous ne sommes pas prêts à nous en lasser. François Lesueur »
    Wanderer
  • 5 Diapason award
  • Diapason Or award JOKER CRESCENDO (plus récent) award
    « Il Giardino Armonico reste un ensemble baroque de rêve : sonorités veloutées dans le Nisi Dominus, continuo d'une souplesse envoûtante et un groove grisant, capable de suivre un Antonini déchaîné dans des riffs… à couper le souffle. Pablo Galonce »
    Musikzen
    « La maîtrise de la syntaxe et du style vivaldien décoiffe album après album. Ici, on est d'abord captivé par le moelleux du continuo, par la sensualité des archets et la délicatesse des cordes, sur lesquelles vient se poser la virtuosité étourdissante de Giovanni Antonini, dans un répertoire diabolique, fait pour couper le souffle et les doigts de l'interprète. »
    La Tribune de Genève
  • GRAMOPHONE Editor's Choice 1 award Choc Classica award Diamant Opera Magazine award Klara Ordeel award
    « Somptueux et très théâtral San Giovanni Battista de Stradella. »
    Le Figaro, 11/04/2020
    « Et le miracle de se renouveler, servi par une prise de son magistrale qui flatte en premier lieu la riche pâte sonore du Banquet Céleste et en particulier des basses somptueuses. […] Damien Guillon et sa fine équipe innervent le drame, magnifient et exacerbent les affects qui motivent ou taraudent les protagonistes. Bernard Schreuders »
    Forumopera
  • Diapason Or award Choc Classica award Le choix de France Musique award Presto Classical Editor's Choice award
    « L’agilité extraordinaire de la chanteuse et le soin qu’elle porte à la moindre note apparentent cette page à une sanctification de la douleur. »
    Le Monde
    « On y reconnaîtra sans peine la marque de l'engagement de l'interprète en faveur de la création, qu'elle a toujours mis un point d'honneur à servir, aussi bien en tant que chanteuse qu'en tant que cheffe. »
    Le Figaro
  • TROPHEES RADIO CLASSIQUE award
    « **** Classica – Leleux sait se montrer vif, brillant même, sculptant des contours très nets, avec des tempos assez vifs mais pas hâtifs. Jacques Bonnaure »
    Classica
    « La Petite symphonie pour instruments à vent de Gounod est un intermède heureux et un rappel de tout ce que la tradition française doit à l'auteur de Faust. François Leleux en primus inter pares fait briller les musiciens du Scottish Chamber dans cette partition sans prétentions mais d'un charme à faire fondre toutes les oppositions. Pablo Galonce »
    Musikzen
  • Diapason Découverte award Presto Classical Recording of the week award
    « *****Classica – Ces trois œuvres récentes pour orchestre montrent un compositeur parvenu à pleine maturité de son style, ouvertement éclectique, qui jaillit dans la Symphonie n°9 Mythos. Jérémie Bigorie »
    Classica
    « C'est probablement l'une des partitions les plus accomplies de l'Estonien, avec son emphase post-sibélienne et ce rythme haletant, jusqu'au clin d'œil de la batterie au sein de l'orchestre, évoquant le passé jazz-rock de Tüür (!), si bien défendus par le chef et l'orchestre. Franck Mallet »
    Musikzen
  • Le choix de France Musique award
    « 5 Diapasons - D'une manière improbable, Alarcon tire une fresque à la construction certes artificielle, mais brossée avec une indéniable splendeur. Denis Morrier »
    Diapason
    « Si Mariana Flores en Tetis s'impose davantage par les couleurs qu'elle donne à sa déclamation, le plus beau chant provient des mezzos Giuseppina Bridelli et Ana Quintans, sans oublier le joli Mercurio de Zachary Wilder. Pierre Degott »
    ResMusica
  • Diapason Or award
    « Doubles cordes à gogo, prouesses d'archet, changements de rythme, ces suites fourmillent de pièges que la Bulgare Plamena Nikitassova surmonte aisément : elle confère à ces pièces quelque peu difficiles une musicalité et un allant totalement convaincants. Gérard Pangon »
    Musikzen
    « Plamena Nikitassova sert à merveille l'écriture de Westhoff qui explore et démontre les capacités harmoniques de l'instrument. L'articulation est ciselée. Emilie Vanderhulst »
    ResMusica
  • 5 Diapason award Choc Classica award Presto Classical Editor's Choice award
    « Elle joue cette musique avec une grande force de conviction : contours bien nets, contrastes accusés. L'Orchestre baroque de Venise, tout à fait au diapason, met en évidence aussi bien la vigueur et le côté langoureux de ces concertos que leur parfum paysan. Chef d'orchestre et violoniste entretiennent avec Tartini une relation spéciale, d'où cette belle réussite. Marc Vignal »
    Musikzen
  • Klara Ordeel award
    « L’interprétation est d’une belle ampleur, avec aux instruments des accents bien rendus. »
    Musikzen
    « ***** Classica – Sandrine Piau déploie des trésors de phrasés et d'expressivité grâce à une rhétorique baroque parfaitement assimilée, où texte et ligne fusionnent. Christophe Lowrey est un contre-ténor de grande classe, dont la légère fébrilité de timbre suffirait à immuniser le rare Beatus vir de Leonardo Leo contre la virtuosité creuse. Jérémie Bigorie »
    Classica
  • Choc Classica award
    « Aussi n'hésite-t-il pas à aviver les arêtes qui parcourent ces symphonies, à souligner l'écriture granitique de Sibelius, par blocs qui s'opposent violemment, sans transition. Comme si la nature, dans sa rude majesté, s'emparait du vaillant Orchestre symphonique de Göteborg (Suède) pour exalter l'inflexible rigueur des éléments. - Philippe Venturini »
    Les Echos
    « Rouvali offre une conception très contrastée et colorée, « ultra-romantique » pour tout dire. Du grand et beau spectacle. Stéphane Friédérich »
    ResMusica
  • GRAMOPHONE Editor's Choice award Klara Ordeel award
    « la dramaturgie intime et ramassée est sublimée par le sens de clarté et de transparence d’un Collegium Vocale Gent à son meilleur, et le très émouvant Es ist vollbracht (« Tout est accompli ») du contreténor Damien Guillon. »
    Le Figaro, 11/04/2020
    « Une belle version où l'esthétique, la clarté et la lisibilité l'emportent sur l'urgence du drame. Alain Huc de Vaubert »
    ResMusica
  • GRAMOPHONE Editor's Choice 1 award Diapason Or award Choc Classica award Prix Caecilia award
    « Cet hommage en cinq CD entrepris par le label belge Fuga Libera donne une large idée du reste, qui n'est pas rien : du violon presque toujours, mais accommodé à diverses formations de chambre (sonates, trios, quatuors) et même symphoniques (deux concertos). François Lafon »
    Musikzen
  • Presto Classical Editor's Choice award
    « Kate Lindsey fait revivre avec passion les tourments de cette héroïne déchirée […] Un disque à coeur vaillant hautement recommandable. - Brigitte Maroillat »
    Forumopera
    « La sensibilité de la mezzo rend justice à toutes les composantes dramatiques de l'ouvrage. Les tensions intérieures de l'héroïne se diffusent sans une once d'excessivité, ne laissant ainsi aucun doute sur la performance interprétative intense de la chanteuse, véritable poumon de cette proposition discographique soignée. Charlotte Saulneron »
    ResMusica
  • ffff Télérama award
    « Au côté de ces expressions hors norme, irrésistiblement servies par la flûte perlée de Juliette Hurel et par le piano-gigogne d’Hélène Couvert, les autres contributions situent plutôt leurs mérites dans l’assimilation des références, classiques (Clémence de Grandval, Cécile Chaminade »
    Le Monde, 24/01/2020
    « Cinq femmes compositrices du XXe siècle refont surface grâce à l'album piano/flûte de Hélène Couvert et Juliette Hurel édité chez Alpha Classic. Stéphane Capron »
    France Inter
  • Klara Ordeel award
    « **** Classica – Les musiciens de L'Orchestre de la WDR apportent une balance exemplaire, une rigueur de jeu bienvenue. Thomas Deschamps »
    Classica
    « 4 Diapasons – Une interprétation de qualité et un couplage intéressant qui mérite le détour. Jean-Michel Molkhou »
    Diapason
  • Diamant Opera Magazine award Presto Classical Recording of the week award
    « Reinoud Van Mechelen, Philippe Froeliger et Lionel Meunier s’investissent totalement dans cette histoire, la vivent de l’intérieur : avec cet hymne à la musique, c'est eux-mêmes qu'ils racontent, leur aspiration d’interprètes, leur volonté de partager les bonheurs musicaux avec ceux qui les écoutent. »
    Musikzen, 31/01/2020
    « Cet art de la demi-teinte répond au style du protagoniste, un Reinoud Van Mechelen plus suave et velouté que jamais : réjouissons-nous qu'il ait gravé aujourd'hui l'Orphée de 1684, à la tessiture très aiguë. Olivier Rouvière »
    L'Avant-Scène Opéra