2017 - UNE ANNÉE MONTEVERDI

Publié le 15/05/2017

LE BILLET DE JÉRÔME LEJEUNE

DIRECTEUR MUSICAL DE RICERCAR

C’est en 1567 que Claudio Monteverdi naissait à Crémone. Il n’y a rien d’étonnant à ce que ce musicien né dans une ville qui était déjà un centre important de lutherie fut d’abord connu comme instrumentiste. C’est bien comme violiste qu’il fut engagé à la Cour de Mantoue avant d’y devenir maître de chapelle ; par la suite c’est à Venise, tant à l’église qu’à l’opéra qu’il domina la vie musicale de son temps. Sa réputation était déjà immense bien qu’il avait certainement partagé l’éclosion du nouveau langage avec bon nombre de ses collègues.

Après être tombé dans l’oubli, sa redécouverte a permis de se rendre compte de son importance et ce n’est pas sans raison que l’un des premiers grands ouvrages qui lui ont été consacrés, celui de Leo Schrade, n’hésite pas à lui attribuer une part capitale dans l’évolution musicale: Monteverdi Creator of Modern Music (1950).

Depuis sa fondation en 1980, RICERCAR a à maintes fois consacré des enregistrements à son oeuvre, depuis quelques Mottetti a voce sola , enregistrés en 1982 par le regretté Henri Ledroit. C’est avec LA FENICE de Jean Tubéry que fut imaginée une série de sept disques qui illustraient quelques facettes de la musique italienne du début du XVIIe siècle ; chaque disque rapprochait ce répertoire vaste et varié de la riche personnalité du grand Claudio. À l’occasion de cet anniversaire cette collection , L’Héritage de Monteverdi est enfin rééditée en un coffret qui a déjà reçu de très belles distinctions (DIAPASON D’OR et CHOC de CLASSICA).

Dans L’Histoire de la Musique Ancienne que j’ai entamée il y a quelques années sous forme des livres accompagnés d’illustrations musicales, tout un volume (RIC 107) est consacré à l’univers musical italien au temps de Monteverdi. Cet ouvrage illustre bien le rôle capital joué par l’illustre Crémonais, dans l’entourage de la pléiade de compositeurs qui l’ont entouré. (CHOC DE CLASSICA, JOKER DE CRESCENDO).

Récemment RICERCAR a eu l’occasion de révéler quelques compositions de Monteverdi en « première mondiale ». C’est le cas de trois motets mariaux qui complètent l’enregistrement de la Missa in illo tempore par ODHECATON et du premier enregistrement intégral du Prologo écrit par Monteverdi pour les représentations de La Maddalena à Mantoue en 1617 dans une très belle interprétation de SCHERZI MUSICALI.

Cette célébration continue cette année avec le disque consacré à la Musique de la cour de Mantoue au temps de Monteverdi. Ce programme proposé par CLEMATIS est centré sur l’importance de sa musique instrumentale. Voilà un aspect de sa personnalité que l’on oublie trop souvent. Et cependant son frère Giulio Cesare nous rappelle dans une lettre qu’il est remarquable dans ses improvisations sur la viole « alla bastarda ». À son arrivée à la cour, la musique instrumentale y joue un rôle important dominé par la personnalité de plusieurs instrumentistes, principalement le violoniste Salomone Rossi. Ce programme illustre la richesse de la musique instrumentale à la cour de Mantoue au travers des compositions de ce virtuose. Mais Monteverdi est également un maître dans le domaine de la musique instrumentale qu’il manie avec un talent exceptionnel, ce que l’on peut entendre dans les ballets d’Orfeo, dans leBallo delle ingrate ou dans certains madrigaux, comme Tempro la cetra, où le rôle concertant des instruments est fondamental. Cette évocation de la musique à Mantoue au temps de Monteverdi propose également l’irrésistible Ballo di Mantova, une chanson populaire qui a connu d’innombrables versions instrumentales.

Enfin, mais il faudra un peu de patience... Mariana Flores et la CAPPELLA MEDITERRANEA de Leonardo Gracía Alarcón préparent un enregistrement de pièces «a voce sola» qui sera édité début 2018.