Toutes les nouvelles

Découvrez nos nouveautés : 22 Juin !

Publié le vendredi 22 juin 2018

LINN RECORDS

Jean Sibelius
Finlandia

Thomas Søndergård
BBC National Orchestra of Wales

Décrits comme « l’une des meilleures nouvelles équipes Sibelius » (The Herald), Thomas Søndergård et le BBC National Orchestra of Wales continuent à partager leur fascination pour la musique orchestrale de Sibelius. Sorti un mois après les célébrations du 90e anniversaire du BBC NOW, cet enregistrement reprend bon nombre des plus grands chefs-d’œuvre de Sibelius. Le compositeur gagna tôt une grande réputation avec En saga, pièce aventureuse sur le plan tonal et qui rappelle l’excellence de l’écriture orchestrale de Berlioz. Le paysage marin obsédant des Océanides illustre l’incursion de Sibelius dans le monde sonore impressionniste de Debussy. Selon le compositeur, c’est une « pure inspiration » qui le conduisit à écrire le très populaire Finlandia, avec son motif hymnique mondialement célèbre. Swan of Tuonela, merveilleusement descriptif, présente un Sibelius mystique quand il charge le cor anglais de représenter le majestueux cygne de la mythologie finlandaise. Sibelius: Finlandia clôt en fanfare cette série Sibelius qui reprend également l’enregistrement de quatre des symphonies du compositeur.R

An English Sett
for Trumpet

Jonathan Freeman-Attwood
 Daniel-Ben Pienaar

Le trompettiste Jonathan Freeman-Attwood et le pianiste Daniel-Ben Pienaar poursuivent leur série pleine d’imagination et d’originalité consacrée aux réinventions musicales en célébrant l’âge d’or de la musique anglaise. Avec des poids lourds des XVIe et XVIIe siècles tels que Byrd, Gibbons, Tomkins, Lawes et Locke, le duo inspire des arrangements à Timothy Jones qui redonnent vie à cette musique dans une formation chambriste enthousiasmante et intimiste. Jouant sur une trompette moderne et un piano Steinway, Freeman-Attwood et Pienaar savourent l’opportunité qui leur est offerte de mettre au défi les interprétations établies de ces œuvres. Ils y réussissent en s’appuyant sur leur instinct, leur inclination et les inflexions glanées au fil de leur longue expérience, tout en se référant délibérément à leur vaste connaissance des pratiques d’interprétation de l’époque. Avec des danses, des chansons, des fantaisies et des variations ensorcelantes, c’est un voyage qui ravive notre goût et notre amour pour les perles oubliées des époques élisabéthaines et jacobéennes. Voici un autre enregistrement incontournable dans la série de Freeman-Attwood, encensée par la critique.

RICERCAR

VATER UNSER
German Sacred Cantatas

Paulin Bündgen
Clematis

Sous ce titre illustré ici par une version instrumentée du célèbre choral Vater unser de Georg Böhm sont réunis des concerts spirituels et cantates luthériennes destines à la voix d’alto. Dans ces compositions le rôle concertant des instruments est particulièrement important et contribue au caractère profondément expressif de ces compositions dans lesquelles les influences italiennes sont nombreuses. Toutes les pièces instrumentales sont intimement liées à la musique sacrée et majoritairement construites autour de mélodies de chorals.
 

 

Baroque Boys // Playlist

Publié le jeudi 14 juin 2018

Après un premier album très impressionnant (et multirécompensé) consacré à la famille Forqueray, Justin Taylor est maintenant de retour avec un album juxtaposant Scarlatti et Ligeti. Pour célébrer cette sortie, Justin Taylor vous propose sa playlist éclectique à écouter sur votre plate-forme préférée !
➡️ https://lnk.to/Baroque_BoysFA

Découvrez nos nouveautés : 8 Juin !

Publié le jeudi 7 juin 2018

ALPHA

Franz Joseph Haydn
Haydn 2032, Vol. 6
Lamentatione

Kammerorchester Basel
Giovanni Antonini

2017 fut un grand cru pour Giovanni Antonini : un Echo Klassik, deux Gramophone Awards et un Diapason d’Or de l’Année couronnèrent ses enregistrements récents… Gramophone a notamment couronné « Il Distratto », le volume 4 de son intégrale des Symphonies de Haydn commencée chez Alpha en 2014. Pour le sixième volume qui paraît en 2018, le chef milanais retrouve l’orchestre de Bâle, qui partage l’intégrale avec Il Giardino Armonico et qu’il connaît très bien puisqu’il les dirige très souvent et qu’ils ont fait de nombreux enregistrements ensemble (dont le volume 5 de l’intégrale Haydn !). Cette fois-ci, il propose un programme autour des symphonies d’inspiration « sacrée » : la Symphonie n° 26 « Lamentatione » fut composée en 1768 pour la Semaine Sainte, la Symphonie n° 30 fut baptisée « Alleluja » à cause du chant grégorien qui a inspiré le compositeur. La 41e Symphonie est composée en 1769.


Dietrich Buxtehude
Abendmusiken

Ensemble Masques, Olivier Fortin
Vox Luminis, Lionel Meunier

Les « Abendmusiken » étaient une série de concerts légendaires organisés par Buxtehude à Lübeck. Même Jean-Sébastien Bach faisait de longs voyages pour assister à ces concerts de musique religieuse et instrumentale et rencontrer le maître Dietrich Buxtehude, l’organiste le plus réputé d’Europe… À l’occasion des 500 ans de la réforme luthérienne, Vox Luminis et l’Ensemble Masques se sont rapprochés pour interpréter ce programme de Cantates (Gott hilf mir, denn das Wasser geht mir bis an die Seele, BuxWV 34 | Befiehl dem Engel, dass er komm, BuxWV 10 | Jesu, meine Freude, BuxWV 60 | Herzlich lieb hab ich dich, o Herr, BuxWV 41) et pièces instrumentales (Sonates BuxWV 255 & 261). Cet enregistrement rassemble les grands spécialistes de ces répertoires et les voix expertes de Vox Luminis se mêlent à la vitalité des instrumentistes de l’Ensemble Masques.


Bach

Thomas Dunford

Après plusieurs disques chez Alpha, le luthiste Thomas Dunford consacre ce programme au grand compositeur baroque Johann Sebastian Bach, un enregistrement réalisé dans le cadre idéal de la Salle de Musique de La Chaux-de-Fonds, en Suisse. Il interprète une œuvre originale de Bach pour luth, la Suite en sol mineur, BWV 995, ainsi que la Suite, BWV 1007 (initialement composée pour violoncelle) et la fameuse Chaconne de la Partita, BWV 1004 (écrite à l’origine pour le violon) que lui-même a retranscrites pour son instrument. La Chaconne a d’ailleurs la sulfureuse réputation d’être (presque) injouable, du moins au violon !

PAUL HINDEMITH
DAS MARIENLEBEN

Juliane Banse
Martin Helmchen

La soprano allemande Juliane Banse a chanté les Lieder de Brahms, Schubert, Wolf, Ullmann, Strauss, Schumann, Loewe, et Berg, se faisant ainsi remarquer pour la qualité de ses interprétations mélodiques comme pour la chaleur de son timbre vocal. Avec Martin Helmchen, qui vient de rejoindre Alpha et est le partenaire régulier de Juliane Banse, ils ont choisi le second cycle de mélodies de Paul Hindemith, Das Marienleben, composé en 1923 et revu par le compositeur une vingtaine d’années plus tard, en 1948. Un cycle envoûtant, parfois inquiétant, dont les textes empruntés au grand poète de langue germanique Rainer Maria Rilke retracent l’histoire de la Vierge Marie. Quinze poèmes, quinze épisodes teintés de mysticisme et de lyrisme, qui n’ont su qu’inspirer au mieux le travail de composition de Hindemith, dont le style musical s’inspire aussi bien de la puissance des opéras wagnériens que de la subtilité des nuances de Debussy.

Antonin Dvořák
Piano Quintets & Bagatelles

Busch Trio
Maria Milstein
Miguel Da Silva

Après deux enregistrements consacrés au Trio Dumky et au Troisième Trio de Dvořák puis aux Quatuors avec piano n° 1 & 2, Omri Epstein, Mathieu van Bellen et Ori Epstein sont rejoints par l’un de leurs maîtres à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, l’altiste Miguel da Silva, fondateur du célèbre Quatuor Ysaÿe et par la violoniste Maria Milstein, également artiste en résidence à la Chapelle Musicale entre 2011 et 2014. Ensemble ils poursuivent cette intégrale de la musique de chambre à clavier du compositeur tchèque, avec les deux quintettes avec piano et les Bagatelles : une évidente complicité lie les musiciens, qui partagent avec nous leur passion pour ce répertoire ainsi que leur plaisir de jouer ensemble. Quinze ans séparent les deux quintettes avec piano de Dvořák, qui ne partagent que peu de points communs à part une même tonalité : le premier signe les débuts d’un jeune compositeur tandis que le second témoigne de la maîtrise de son art. Quant aux Bagatelles, originellement écrites pour deux violons, violoncelle et harmonium, elles font partie des pièces les plus connues du compositeur. Un enregistrement à paraître au deuxième semestre viendra compléter ce quadriptyque des trios, quatuors et quintettes à clavier du compositeur tchèque.

ARCANA

Luca Marenzio
L'amoroso e crudo stile

RossoPorpora
Walter Testolin

Luca Marenzio fut le représentant le plus brillant de l’art sublime du madrigal dans les vingt dernières années du XVIe siècle. Alors que le style de ses premières oeuvres est léger, fluide et transparent, son langage évolue ensuite vers plus de complexité et d’introspection, faisant de lui l’exemple musical le plus emblématique de la mélancolie de la fin de la Renaissance. L’amoroso & crudo stile réunit certains des plus beaux madrigaux de Marenzio, afin d’illustrer les facettes les plus intimes de cette musique d’une extraordinaire beauté et d’une intense humanité. Avec l’intensité émotionnelle et le profond respect du texte poétique qui le caractérisent, l’ensemble RossoPorpora se lance, avec ce premier enregistrement, dans l’exploration du madrigal, célébrant ainsi la manifestation la plus ancienne de l’identité musicale italienne, qui reste inégalée à ce jour.

OUTNOTE

Nuances

Jeremy Hababou
Lukmil Perez, Chris Jennings

Le pianiste Jeremy Hababou livre avec Nuances un album aux mélodies épurées, parfois minimalistes, reflet d’une esthétique profondément ancrée dans sa personnalité. Comme il se plaît à le dire, « la maîtrise technique d’un instrument ne suffit pas à devenir artiste. Être artiste précède la discipline artistique. C’est avant tout une nécessité, une sensibilité, un autre regard sur le monde, une quête ». Inspiré dans sa démarche et ses compositions par la littérature, la poésie, les arts plastiques et la philosophie, Jeremy Hababou emprunte également au répertoire classique. Ces références sont perceptibles au travers de toute son oeuvre, même si elles prennent des formes d’expression variées. Le voyage constitue un fil rouge dans son cheminement, témoin d’un besoin permanent de partager, d’échanger, des sentiments et des émotions. Les mélanges de rythmes et de couleurs présents tout au long de l’album sont autant d’invitations à « aller plus loin », découvrir un inconnu fait de surprises et d’étonnements.


AlphaPlay et le Festival Musiq’3 sont heureux de vous présenter la playlist officielle du Festival Musiq’3
 
Depuis sa première édition, le groupe Outhere Music collabore étroitement avec le Festival Musiq’3, l’un des principaux festivals de la scène musicale en Fédération Wallonie-Bruxelles.
 
Le Festival Musiq’3, c’est 3 jours de musique et de fête avec plus de 50 concerts de 45 minutes. De Flagey au Marni en passant par l’Abbaye de La Cambre et le chapiteau sur la Place Sainte-Croix, le Festival propose une programmation diversifiée ouverte à toutes les musiques, classique, jazz, world…!

Le thème de cette année,  « Nordic Vibes », vous emmènera au Nord. Les musiciens des bords de la Baltique occupent en effet une place importante dans le paysage musical international. Une présence qui s’illustre dans toutes les catégories, de la musique vocale à la musique instrumentale, du métal à la musique traditionnelle en passant par la musique contemporaine et le jazz.
 
AlphaPlay et le Festival Musiq’3 vous propose de vous imméger dès à présent dans l’ambiance de cette 8ème édition !

Découvrez la Playlist du Festival Musiq'3 sur AlphaPlay en cliquant ici ! 
 
AlphaPlay est le service de streaming qui permet de proposer des enregistrements en ligne directe de l’artiste au consommateur, et d’augmenter ainsi les rétributions des artistes. AlphaPlay offre actuellement un répertoire de 40.000 œuvres qui s’étoffe chaque mois.

Vous aurez notamment l’occasion de pouvoir y retrouver une sélection de concerts du Festival Musiq’3 2018 dès le 2 juillet.

Découvrez nos nouveautés : 25 Mai !

Publié le vendredi 25 mai 2018

ALPHA

Orazio Benevolo
MISSA SI DEUS PRO NOBIS
MAGNIFICAT

Le Concert Spirituel
Hervé Niquet

Hervé Niquet se caractérise par deux traits immuables : c’est un infatigable défricheur de musiques oubliées, il aime la polyphonie et « les grandes formes ». Il y a quelques années, il avait fait sensation en exhumant la musique monumentale de Striggio… Pour les 30 ans de son ensemble, Le Concert Spirituel, il s’attaque à un nouveau sommet de la polyphonie : une Messe d’Orazio Benevolo (1605-1672) interprétée par 8 choeurs à 4 voix, accompagnés de quinze continuistes. En concert, les choeurs sont répartis dans la nef, le public étant au milieu. De père (pâtissier) bourguignon émigré à Rome, membre de la Maîtrise de Saint-Louis des Français, Benevolo fut l’un des plus grands génies de la polychoralité, un compositeur prolixe, représentant le faste de l’art français à Rome. Il finit sa carrière comme maître de chapelle au Vatican. Cette musique est ressuscitée grâce au travail du grand musicologue Jean Lionnet qui copia à la main, des années durant, l’oeuvre de nombreux compositeurs italiens du Fonds musical du Vatican, duquel on ne pouvait faire sortir aucun document. Ainsi la Missa Si Deus pro nobis nous est restituée ici, accompagnée par des pièces vocales et instrumentales de Monteverdi, Frescobaldi et Palestrina.


Scarlatti - Ligeti
Continuum

Justin Taylor

Depuis son premier Prix au concours de Bruges et son premier album consacré à la famille Forqueray (Choc de l’Année Classica, Gramophone Editor’s Choice, Grand Prix de l’Académie Charles Cros), le claveciniste franco-américain Justin Taylor s’est vu décerner par l’Association Professionnelle de la Critique le Prix Révélation Musicale. Sa carrière se développe rapidement, tant comme soliste (claveciniste et aussi pianofortiste) que comme chef de son ensemble, le Taylor Consort, qu’Alpha enregistrera prochainement… Pour son deuxième récital, Justin Taylor met en miroir Scarlatti et Ligeti, deux compositeurs provenant d’époques et d’univers si éloignés, et qui pourtant présentent de nombreuses affinités : de par leur inventivité, de par la virtuosité de leur deux langages et leur désir commun d’amener le clavier au plus près de ses limites… Continuum établit un pont entre ces deux compositeurs aux sensibilités exacerbées, entremêlant de façon intime les trois pièces emblématiques (et spectaculaires !) pour clavecin seul de Ligeti avec des sonates de Scarlatti.


Sibelius - Rautavaara
Violin Concertos

Tobias Feldmann
Orchestre Philharmonique
Royal de Liège
Jean-Jacques Kantorow

Après l’enregistrement chez Alpha des sonates pour violon de Prokofiev, Ravel et Strauss, le violoniste Tobias Feldmann se consacre dans ce disque à la forme du concerto, interprétant deux oeuvres majeures et exclusives du répertoire finlandais : les concertos pour violon et orchestre de Jean Sibelius et Einojuhani Rautavaara. Créé en 1904 à Helsinki, le Concerto pour violon de Jean Sibelius se révéla d’une grande difficulté technique pour la partie soliste. Sibelius révisa sa partition, mais ne composa plus pour violon et orchestre que sous des formes plus courtes, celles de la sérénade ou de l’humoresque. Il faudra attendre près de soixante-dix ans pour qu’une nouvelle oeuvre majeure pour violon et orchestre voit le jour sous la plume d’un compositeur finlandais, avec le Concerto de Rautavaara, dont la virtuosité égale en tout point celle exigée par l’oeuvre de son aîné.


LINN RECORDS

Sibelius - Rachmaninov
Songs

Jacques Imbrailo
Alisdair Hogarth

Suite à ses prestations dans Billy Budd de Michael Grandage et Hamlet de Brett Dean à Glyndebourne, encensées par la critique, le jeune baryton Jacques Imbrailo s’est fait une place de choix sur la scène internationale. Son premier récital solo pour Linn est consacré aux chansons de Sibelius et de Rachmaninov, dans lesquelles il est accompagné par son collègue de Prince Consort, Alisdair Hogarth. Parmi la sélection, In the silence of the mysterious night est l’une des chansons de Rachmaninov les plus appréciées et l’une des réalisations les plus achevées du compositeur dans le genre. Le mélodisme de Rachmaninov trouve son médium parfait dans le baryton lyrique d’Imbrailo, tandis que les accompagnements expressifs et extrêmement complexes sont réalisés à la perfection par Hogarth. Le sentimentalisme nordique que Sibelius insuffle dans ses chansons romantiques offre un contraste bienvenu à l’intensité de Rachmaninov. Var det en dröm? de Sibelius, tirée de l’opus 37, était considérée par le compositeur comme sa plus belle chanson. Le duo communique parfaitement les passions et angoisses de l’amour perdu d’un poète ; le programme s’achève sur une dernière note d’Imbrailo d’une intensité inouïe.

William Byrd
One Byrde in Hande

Richard Egarr

L’impressionnante carrière de Richard Egarr, à la fois comme claviériste solo et comme chef d’orchestre (notamment de l’Academy of Ancient Music), a cimenté sa réputation de l’un des musiciens les plus convaincants du Royaume-Uni. Dans son premier enregistrement solo pour Linn, Egarr illustre l’ampleur extraordinaire de l’inventivité de William Byrd, l’une des figures les plus influentes de la musique anglaise. Son style innovant transparaît tout au long de ce programme soigneusement élaboré de préludes, grounds et fantaisies. La Fantasia in A Minor, MB13, démontre l’envergure illimitée de l’imagination de Byrd ; rythmes complexes, modulations surprenantes et textures changeantes précèdent un finale qui exige un niveau de virtuosité jamais égalé. Les exigences techniques de The bells, chef-d’œuvre descriptif, sont à l’avenant. Cette incroyable composition commence avec une simple sonnerie qui se développe jusqu’à devenir une pièce complexe, faite de volées de cloches. L’élégant phrasé, l’enthousiasme contagieux et les riches ornements font de l’interprétation d’Egarr une prestation hautement pertinente.

ARCANA

Giacomo Gorzanis
La barca del mio amore

Pino De Vittorio
La Lyra
Bor Zuljan

Giacomo Gorzanis (ca 1530-ca 1575), «il Cieco Pugliese», fut l’un des plus grands virtuoses du luth au XVIe siècle. Né dans les Pouilles, il s’installa à Trieste en 1557, où il noua bientôt des contacts étroits avec la noblesse de Carinthie et de Carniole. Ses voyages le menèrent à Graz, où il se produisit devant Charles II, archiduc d’Autriche et frère de l’empereur du Saint-Empire romain Maximilien II. Quatre livres de pièces pour luth et deux livres de napolitane furent publiés à Venise entre 1561 et 1579. Son manuscrit de 1567, qui contient 24 paires de danses dans tous les modes majeurs et mineurs, est particulièrement intéressant. Des fantaisies intimistes pour luth aux danses enlevées et aux villanelle alla napolitana ludiques, ce programme original et riche en couleurs est le premier à proposer l’ensemble de ses oeuvres. Regorgeant de trésors insoupçonnés, il est sublimé par la voix extraordinaire et la présence du charismatique chanteur Pino De Vittorio, originaire des Pouilles.