Toutes les nouvelles

Reinbert De Leeuw

Publié le lundi 17 février 2020

Reinbert de Leeuw

(1938-2020)

C'est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès de Reinbert de Leeuw, ce vendredi 14 février.

Sa collaboration avec Outhere Music fut des plus fécondes, puisqu'il publia 4 enregistrements pour Alpha et Zig-Zag entre 2014 et 2019. Fondateur du fameux Schönberg Ensemble en 1974, ce spécialiste de la musique de la Seconde École de Vienne s'est illustré à partir des années 80' dans l'interprétation d'un répertoire souvent exigeant, mais dont la richesse et l'excellence artistique ont été reconnues aussi bien par la presse que par le grand public.

Son premier projet avec Outhere, paru chez Zig-Zag en 2014, sublimait les lieder de Berg et de Zemlinsky aux côtés de Het Collectief, un ensemble de musique de chambre tout autant dévoué à l'esthétique moderniste et aux expérimentations sonores. Quatre ans plus tard, il est ovationné pour son album "Vienna: Fin de Siècle", sur lequel l'envoûtante Barbara Hannigan dialogue avec lui sur des chants et lieder de Berg, Webern, Alma Mahler, Hugo Wolf et, à nouveau, Schönberg et Zemlinsky. 

Le pianiste et chef d'orchestre néerlandais pouvait également s'illustrer en compagnie de formations chorales, comme le prestigieux Collegium Vocale Gent avec lequel il collabora à deux reprises. Ainsi, nous avons pu apprécier le mariage des choeurs avec son toucher, sa compréhension de la musique souvent profonde et intimiste, sur un album dédié au "Via Crucis" de Liszt (2019) et sur un autre consacré aux comptines enfantines de Janáček (Říkadla, 2015), tous deux chez Alpha.

Reinbert de Leeuw venait d'enregistrer, aux côtés de ses compagnons du Het Collectief, de la mezzo Lucille Richardot et du ténor Yves Saelens, le fameux Chant de la Terre de Gustav Mahler. La sortie de cette oeuvre, arrangée par ses soins, était prévue chez Alpha pour l'automne 2020.

Autant de projets que nous sommes fiers d'avoir menés à bien en compagnie d'un tel maître. Autant de moments de suprême beauté musicale qui resteront gravés pour toujours grâce à lui.
 

2020, ANNÉE ANTONINI

Publié le lundi 27 janvier 2020

Fondateur de l’ensemble italien Il Giardino Armonico qui, dès ses débuts en 1985, dynamite la planète baroque, le flûtiste virtuose et chef d’orchestre Giovanni Antonini est à la tête d’une impressionnante discographie.

Aux côtés d’Alpha Classics, celui-ci a démarré une intégrale des 107 symphonies de Joseph HAYDN en vue du 300ème anniversaire du compositeur en 2032, en collaboration avec la Haydn Stiftung de Bâle.  Le projet Haydn 2032 célèbre l’un des compositeurs les plus fondamentaux de l’histoire de la musique, l’un des plus prolixes, mais aussi l’un des plus subtils. Voyant la musique de Haydn comme «un kaléidoscope des émotions humaines», Giovanni Antonini a décidé de ne pas aborder les symphonies de manière chronologique, mais de manière thématique («La passione», «Il filosofo», «Il distratto»...). 

Après 7 volumes multi-récompensés (Gramophone Award, Preis Der Deutschen Schallplattenkritik, Diapasons d’Or, Choc Classica de l’Année etc…), 2020 verra paraître les volumes 8 et 9 :

● Vol. 8: « La Roxolana » comprenant les Symphonies 28, 58 et 63 dite « La Roxolana », mises en regard avec les Danses roumaines de Bartók dans une détonante version du Giardino Armonico. (ALPHA 682, JANVIER)

● Vol. 9: « L'Addio » comprenant les Symphonies 15, 35 et 45 « Abschied » ainsi que l’aria “Berenice, che fai?” avec Sandrine Piau en soliste. (ALPHA 684, NOVEMBRE)

Autre chef-d’œuvre de Haydn à paraître en octobre 2020, toujours dans la collection Haydn 2032, en prolongement des Symphonies : La Création avec le Chœur de la Bayerische Rundfunk, Anna-Lucia Richter, Maximilian Schmitt et Florian Boesch en solistes… et toujours Il Giardino Armonico. (ALPHA 567, OCTOBRE)

Giovanni Antonini célèbre également en 2020 un compositeur qui a fait sa renommée : Antonio VIVALDI. Ses enregistrements des Quatre Saisons ou du fameux premier récital de Cecilia Bartoli ont marqué la discographie du prêtre roux à jamais ! Le feu d’artifice continue avec deux programmes de concertos qui ne laisseront personne indifférents, à paraître en mars puis en septembre 2020 :

● Tout d’abord, avec Antonini en soliste, un florilège de Concerti per Flauto enregistrés entre 2011 et 2017, au gré de son inspiration : RV 433, “La Tempesta di Mare”, 441, 442 443, 444, 445… et une étonnante version avec chalumeau du "Cum Dederit” extrait du Nisi Dominus RV 608. (ALPHA 364, MARS)

● L’autre sortie vivaldienne est le fruit d’une rencontre avec une musicienne qui fait elle aussi bouger les frontières, la violoniste Patricia Kopatchinskaja. Ensemble, ils ont imaginé un programme intitulé VI-WILD-I (titre provisoire) qui entremêle des concertos ultra virtuoses de Vivaldi (RV 208 « Il Grosso Mogul », 253 « la Tempesta di Mare » (pour violon !), 157, 191, 550…) et, entre chaque concerto, des pièces courtes écrites par des compositeurs contemporains, Luca Francesconi, Simone Movio, Giacinto Scelsi, Aureliano Cattaneo, Giovanni Sollima, pour la plupart  commandées par Patricia Kopatchinskja spécialement pour ce programme. (ALPHA 624, AOÛT)