Après avoir consacré un premier disque aux œuvres de Wagner et Tchaikovksy, la philharmonie zuidnederland, sous la direction de Dmitri Liss, revient avec un disque encore plus spectaculaire. Son œuvre centrale, la Dixième Symphonie de Chostakovitch, occupe une place toute particulière dans le cœur du chef d’orchestre, comme elle avait suscité un grand enthousiasme en concert. Comme l’explique Liss à propos de la première qui eut lieu en 1953, peu après la mort de Staline : « A l’époque, mettre trop de soi-même dans une œuvre était extrêmement dangereux. Chostakovitch y est cependant parvenu, pour cela il a mon éternelle et profonde admiration. Chaque fois que je dirige cette symphonie, sa musique m’est de plus en plus intime. » Le CD est complété par une interprétation énergique de Quinlong Azure Dragon de la compositrice russe Olga Victorova. Cette œuvre est également chère à Liss, tout comme l’est la compositrice :  après tout, Victoria est sa femme. Une raison supplémentaire pour la philharmonie zuidnederland de se dépasser pour défendre avec passion le célèbre Dragon oriental ainsi que le chef-d’œuvre de Chostakovitch.