ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

Le festival international de musique de chambre de Lockenhaus est considéré comme l’un des plus prestigieux festivals autrichiens : il a été créé par le violoniste Gidon Kremer afin de proposer une nouvelle vision de la musique de chambre et d’offrir la possibilité de créer des échanges musicaux dans un cadre intime. En 2012, le violoncelliste Nicolas Altstaedt a succédé à Gidon Kremer et perpétue l’esprit du festival. Pour ce premier enregistrement en partenariat avec Lockenhaus, il est rejoint par des complices chevronnés, dont la violoniste

norvégienne Vilde Frang, le violoniste hongrois Barnabás Kelemen, le pianiste allemand Alexander Lonquich – dont Alpha a sorti récemment un disque Schubert (Alpha 433) – et l’altiste britannique Lawrence Power. Ensemble ils ont sélectionné deux oeuvres, un quintette de Béla Bartók,une composition exigeante,

rarement interprétée bien que considérée comme une oeuvre intensément personnelle et un trio de Sándor Veress, qui fut l’élève de Bartók. Nicolas Altstaedt rejoint Alpha pour plusieurs projets d’enregistrements qui illustreront toute la palette de ses talents, sur des répertoires très éclectiques.

GRAMOPHONE Editor's Choice award BBC Music Magazine Awards 2019 award

« La palette dynamique et expressive déployée par Vilde Frang, Lawrence Power et Nicolas Altstaedt impressionne. Mieux : ils déroulent le discours encore redevable de la syntaxe tonale avec une limpidité exemplaire, rendant lisible les différents thèmes. »
Classica, 10/2019
« Particulièrement engagée, la bande emmenée par Barnabas Kelemen serre les rangs, pour mieux rendre le souffle et la véhémence de lignes fermement conduites. »
Diapason, 10/2019
« La puissance singulière de leur interprétation transfigure cette musique de l’étrange où Bartók flirte avec la Seconde Ecole de Vienne, le piano d’Alexander Lonquich peignant un paysage où tous chantent avec une sombre ardeur, que ce soient les violons de Vilde Frang et de Barnabás Kelemen, l’alto aux incroyables couleurs de clarinette de Katalin Kokas, ou le violoncelle Barbe-bleue de Nicolas Altstaedt. »
Arta'mag, 09/12/2019