ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées. Les envois à destination du Royaume-Uni peuvent prendre entre 2 et 3 semaines.

Ce programme réunit toute la saveur et la richesse de la musique anglaise et du répertoire instrumental comme vocal qu'elle a inspiré en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles. L'impulsion rythmique culmine, parfois obstinée, dans les grounds, jigs, contredanses et autres musiques à danser qui firent fureur et entraînèrent la publication du recueil de John Playford, The English Dancing Master, en 1651. Les Musiciens de Saint-Julien, familiers des sources anciennes d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande, soulignent aussi l’aspect mélodique de ces danses devenues airs à chanter – la soprano Fiona McGown et le baryton Enea Sorini complètent un instrumentarium coloré. Enfin la légèreté du divertissement est partout présente dans ce répertoire, populaire car à l'époque pratiqué par tous mais aussi parce que célèbre bien au-delà de l’île.

« Un mariage du populaire et du savant dont Les Musiciens de Saint-Julien ont fait leur profession de foi, et qui trouve ici sa plus sublime expression. Autre divine surprise du disque : la voix enjôleuse de la mezzo Fiona McGown, [...] et qui nous transporte ici hors du temps, avec des accents tout à la fois délicieusement baroques dans l'élocution et furieusement modernes dans l'énergie... Sans conteste mon coup de coeur de la semaine ! Thierry Hillériteau »
Le Figaro
« Résultat : un délice de la reine, tonique et varié qui plonge l'auditeur dans l'atmosphère de l'Angleterre des XVIIème et XVIIIème siècles. Gérard Pangon »
Musikzen
« Qu'il joue de la flûte ou de la petite cornemuse écossaise, François Lazarevitch se met à la mode celtique, épaulé par les Musiciens de Saint-Julien - citons le violon de David Greenberg et la harpe triple de Marie Bournisien. Résultat. Les timbres grésillent, les rythmes virevoltent, et l'auditeur de se sentir des colonnes de fourmis dans les jambes. Jérémie Bigorie »
Classica - 5*
« Comment résister à la vigueur rythmique, à l'entrain, à la séduction des timbres instrumentaux et vocaux ? [...] François Lazarevitch et ses Musiciens de Saint-Julien répondent précisément à cette attente : « Goûter un peu du quotidien des hommes du passé », et leur réussite est pleinement convaincante. Yvan Beuvard »
ForumOpéra
« L'équipe réunie autour des flûtes enjôleuses de François Lazarevitch épouse avec un plaisir contagieux rythmes et rêveries. Fiona McGown dose en experte l'aristocratique le plébéien. Jean-Christophe Pucek »
Diapason