C’est entre 1810 et 1820 que sont inventés les systèmes de pistons qui permettent aux cuivres de disposer d’une échelle chromatique complète. Mais les adeptes du cor naturel ne s’avouent pas vaincus et considèrent que les pistons uniformisent les sonorités et font perdre les caractéristiques sonores des tonalités. Ce conflit est particulièrement important en France, où des virtuoses comme Louis-François Dauprat et Jacques-François Gallay ne cessent de se mesurer pour défendre leur position en faveur du cor naturel. C’est cette véritable épopée jusqu’à l’apparition des premières pièces pour le cor à pistons que retrace cet enregistrement.