L'art baroque français cultive simultanément le grandiose et le modeste. Aux fastes des architectures royales abritant motets et opéras répondent les espaces clos des salons et leurs musiques intimes.
Après un disque consacré aux brunettes et contredanses du XVIIIe siècle (Alpha 115), les Musiciens de Saint-Julien font découvrir dans ce nouvel enregistrement l'usage savant et raffiné que les compositeurs des années 1715-1740 firent de la musette et de la flûte traversière, à travers suites françaises et sonates italianisantes.
Hors des sentiers battus (et rebattus...), l'ensemble de François Lazarevitch s'affirme comme l'un des plus inventifs de la nouvelle scène baroque.

5 Diapason award 4 étoiles Classica award