Sergei Rachmaninoff - Suites pour Piano
Pourquoi Rachmaninoff est-il devenu une légende? Comment a-t-il pu symboliser la perfection technique pour des générations entières de pianistes? Façade roucoulante d'une carrière médiatique au cours de sa vie américaine ? Intime personnalité développée de sa Russie natale?
Pourtant faire honneur à Rachmaninoff, c'est l'inscrire sur les tables de l'éternité comme compositeur. Il se soustrait lorsqu'il a seize ans à la discipline draconienne de son professeur de piano Zverev, pour pouvoir trouver sa liberté dans la composition. Cette impulsion créative donnera bientôt des chefs-d'œuvre, opéras, mélodies, pièces symphoniques, musique de chambre, œuvres pour divers instruments.... écrits à 90% en Russie avant sa fuite en 1917 pour les Etats Unis. Rachmaninoff est un compositeur, un des rares autour de 1900 (comme Debussy entre autres) qui, comme outil de composition, utilise de façon approfondie l'instrument piano en tant que tel, avec son foyer sonore particulier et ses qualités spécifiques: différence de couleurs, superpositions d'harmonies et d'harmoniques...Ses oeuvres pour piano sont conditionnées par ses mains qui étaient d'une taille extraordinaire, et sont le miroir de sa culture des sonorités et de ses compétences spécifiques (la forme de certains passages, accords de dixièmes bien remplis....). Pour lui, cette écriture est le fruit d'une recherche de couleurs et sonorités, où la soi-disante ‘virtuosité technique' n'est en aucun cas un but mais bien seulement un moyen. Son jeu était d'une clarté exceptionnelle, toujours léger et très précis. La popularité de quelques mélodies célèbres trouble sans aucun doute la véritable identité du très raffiné, noble et strict personnage qu'était Rachmaninoff. Il n'était pas un fruit de la mode ou de son temps, mais bien quelqu'un d'extrêmement riche et personnel pour tous ceux qui veulent bien le lire....et ensuite l'écouter. Claire Chevallier A propos du précédent disque du duo « Pieces à 2 pianos » ZZT030903 « En plus de la pertinence historique du programme, le choix de 2 superbes pianos sorties des ateliers Erard au tournant du XIX siècle confère à chaque pièce une couleur inusitée...Après ce coup de maître, gageons que l'insatiable curiosité de ce duo stimulera d'autres réalisations » Nicolas Baron - Diapason D'or - septembre 2003 « What makes this disc special si the sound of the 2 pianos Erard... they bring a delicious piquancy to these attractive scores » Jeremy Nicholas - The independant May 2005