Trop peu joué, trop peu enregistré et largement sous-estimé, le répertoire pour deux violons seuls a vu sa popularité augmenter dans les premières décennies du XVIIIe siècle. Mais peu de mélomanes savent qu’Antonio Vivaldi fut parmi les premiers à s’intéresser au genre, avec un ensemble peu connu de quatre sonates qu’il aurait composées, selon une hypothèse enthousiasmante, pour les jouer avec son père lors de sa tournée en Europe centrale (1729-1730). Le premier violon d’Il Giardino Armonico, Stefano Barneschi, et Chiara Zanisi, déjà présente dans le catalogue d’Arcana (Sonates de Bach pour violon et clavecin avec Giulia Nuti), nous emmènent en voyage à travers cette littérature relativement restreinte, de Vivaldi à Berio en passant par Leclair, Telemann et Tessarini notamment. Le programme est complété par une pièce du brillant violoncelliste et compositeur italien Giovanni Sollima, écrite spécialement pour ce projet. Son dernier mouvement, « Alleluja », est un hommage à la fois au finale de l’Exsultate, jubilate de Mozart et à l’église de Sant’Antonio Abate (Milan), où la pièce de jeunesse de Mozart fut créée et où ce programme a été enregistré.