ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées. Les envois à destination du Royaume-Uni peuvent prendre entre 2 et 3 semaines.

Complices de longue date, Sandrine Piau et Christophe Rousset ont maintes fois interprété, ensemble ou séparément, ce Stabat Mater, œuvre emblématique du répertoire napolitain du XVIIIe siècle. Enregistrer ce graal de la musique sacrée leur était donc naturel. Complice plus récent mais régulier des Talens Lyriques, le contre-ténor américain Christopher Lowrey (que l’on retrouve dans un autre disque Alpha consacré à Monteverdi, Alpha 216) s’est joint à eux.

Le programme est complété par un Beatus vir de Leonardo Leo (1694-1744) interprété par Sandrine Piau et un Salve Regina de Nicola Porpora (1686-1768) pour alto, deux œuvres totalement inconnues par deux compositeurs très célèbres à l’époque, Porpora ayant par exemple été le professeur de chant de Farinelli et le maître de Haydn... Christophe Rousset trouve dans ces musiques « Une expression de la piété très méridionale, très épicée, ou l’on passe des pleurs aux rires assez rapidement ». Sandrine Piau voit chez Leo « une élégance du style, une certaine distance dans la douleur."

Klara Ordeel award

« L’interprétation est d’une belle ampleur, avec aux instruments des accents bien rendus. »
Musikzen
« ***** Classica – Sandrine Piau déploie des trésors de phrasés et d'expressivité grâce à une rhétorique baroque parfaitement assimilée, où texte et ligne fusionnent. Christophe Lowrey est un contre-ténor de grande classe, dont la légère fébrilité de timbre suffirait à immuniser le rare Beatus vir de Leonardo Leo contre la virtuosité creuse. Jérémie Bigorie »
Classica
« Le choix de Sandrine Piau et de Christopher Lowrey, duo d'artistes autrement plus sensible est un atout de taille. Avec son timbre séraphique aux reflets satinés, la soprano française traduit comme personne la souffrance, la rage ou le désespoir de la Mère. […] Christophe Rousset obtient de ses Talens lyriques un accompagnement où la densité se conjugue à la cohésion. François Lesueur »
Wanderer
« 4 Diapasons – Les voix de Sandrine Piau (timbre assombri, vibrato maîtrisé) et de Christopher Lowrey s'apparient à merveille. Olivier Rouvière »
Diapason
« Sandrine Piau, par sa voix pure et sobre portée par une grande sensibilité, est l'actrice idéale à ce drame en musique. En contre point, Christopher Lowrey, jeune et brillant contre-ténor américain marie, avec conviction et élégance, sa voix avec celle de la soprano en un duo vibrant d'émotions diverses, générées par le déroulement du discours musical. Frédéric Muñoz »
ResMusica
« Cette nouvelle proposition opère un retour salutaire au texte et sa puissance expressive la hisse au sommet de la discographie. Bernard Schreudeurs »
Forum Opéra
« L'opus est un chef d'œuvre de beauté mélodique, simplicité, concision et d'équilibre entre recueillement religieux et magnificence vocale. François Jestin »
L'ingénieur-Constructeur