Après un premier enregistrement des Variations Diabelli de Beethoven acclamé par la critique (Diapason d’Or, BBC, Guardian, Le Monde,...) Filippo Gorini, disciple d’Alfred Brendel et lauréat du premier Prix et du Prix du public du concours Beethoven de Bonn en 2015, poursuit une carrière en pleine expansion. Il creuse ici son sillon beethovénien et s'attaque à la périlleuse sonate n°29 dite Hammerklavier,  dont Beethoven lui-même disait qu’elle donnerait du fil à retordre aux générations futures, avant de graver la sonate n°32 qui, selon Thomas Mann, représentait l'achèvement et “l’adieu” de la forme sonate.