Natale Monferrato (1610-1685) est de toute évidence l’un des compositeurs les plus oubliés parmi ceux qui ont exercé les plus hautes fonctions à la Basilique San Marco de Venise. Après avoir côtoyé les plus importants musiciens de cette prestigieuse chapelle, en 1676, il succède à Francesco Cavalli au poste de maître de chapelle. Son œuvre, dédiée uniquement à la musique sacrée comporte une vingtaine de recueils édités entre 1647 et 1681. Si il accorde une place importante à la musique polyphonique, il est aussi l’auteur de trois recueils de Motetti a voce sola. Fait exceptionnel, ces trois livres réservent une part importante aux compositions pour la voix d’alto, souvent délaissée. Ils sont tellement abondants que seul le Libro Terzo de 1666 a été utilisé pour cet enregistrement. Ces motets se découpent en sections diverses et contrastées qui vont de l’esprit du récitatif à celui de l’air sous des formes très variées, une façon qui ne peut que faire penser aux modèles de l’opéra tel qu’il s’est développé à Venise dès 1637. Avec cet enregistrement en première mondiale, s’ouvre la porte de la découverte de ce compositeur oublié.