ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

Valentina Nafornita consacre à juste titre la moitié de son premier disque, publié chez Outhere, à un compositeur dont l’incomparable complexité dramaturgique et la géniale fécondité musicale vont de pair avec un niveau d’exigences vocales très élevé. Car depuis qu’elle a chanté pour la première fois Papagena à l’automne 2011 en tant que nouvelle recrue de l’Opéra de Vienne, elle y a interprété à maintes reprises et avec beaucoup de succès les grands rôles féminins de Mozart, si exigeants dans leur diversité. Dans les interprétations impressionnantes qu’elle en donne, la charismatique soprano moldave fait preuve d’une variété expressive et d’une puissance émotionnelle étonnantes. La deuxième partie de son disque est consacrée au répertoire slave. La profondeur d’expression tragique du « Chant à la lune » de Dvořák, avec lequel elle a remporté le concours des « BBC Cardiff Singer of the World », convient parfaitement à son timbre riche et sombre, de même que le personnage de Iolanta de Tchaïkovsky, qu’elle a chanté à l’Opéra de Paris en mai 2019. La dernière pièce est une chanson sur l’histoire de sa vie que le compositeur moldave Eugen Doga a composée pour celle que l’on appelle le « rossignol » depuis qu’elle a cinq ans.

« le drapé héroïque, la noblesse des accents transforment la jeune captive d’Idoménée en véritable figure tragique, très loin des oiselles auxquelles le rôle est parfois confié, à tort. « Padre, germani » prend les proportions raciniennes qu’il devrait toujours avoir, et « Zeffiretti lusinghieri » est bien plus qu’une jolie bulle de savon flottant au gré du vent. « Ruhe zanft » est tout aussi réussi, et la chanteuse montre qu’à côté d’un medium solide, elle est aussi parfaitement capable d’aigus aériens. »
Forum Opera, 22/01/2020
« Elle s’y révèle à la fois intense et lumineuse. Un charme qui se prolonge dans l’amère Romance n° 7 de l’op. 47 […] ainsi que dans le « Chant à la lune », non moins subtil et sensuel […]. Décidément, le répertoire slave lui convient particulièrement. - Franck Mallet »
Musikzen
« Pleine de promesse, la jeune soprano projette son discours vocal avec une grande luminosité. Elle déborde de jeunesse, d'insolence, de pureté. Sa manière la plus simple d'aborder ce personnage se fond au plus près de l'art du maître de Salzbourg. Jacques Schmitt »
ResMusica