Le Requiem de Mozart est l'une des œuvres les plus mythiques de l’histoire de la musique occidentale. Il a fallu à Fabrizio Cassol plusieurs années pour pénétrer ce labyrinthe aux mille secrets. En exprimant à Alain Platel sa volonté de reconsidérer le rite lié au Requiem, imprégné de tristesse, pour y inclure d’autres émotions, telles que la joie, transcendée par la musique et la danse, il a d’emblée perçu chez lui une fascination. Le choix des musiciens a constitué une étape primordiale. L’ensemble se constitue de six chanteurs, trois likembes, accordéon, guitare, basse, euphonium et percussions. L'essentiel du déroulement narratif et formel du Requiem est conservé et dans presque chacune des parties sont cités des fragments reconnaissables. La joie, la ferveur jubilatoire, la force du groove et la profondeur de certaines incantations se rencontrent et laissent s’entrecroiser des polyphonies aux origines multiples. Cinq langues africaines modernes se croisent comme des adages métaphoriques et entrelacent le latin ancien. Dans cette architecture émotionnelle se lancent des appels aux ancêtres pour créer un voyage unique vers l’au-delà, ouvert à la réalité du monde d’aujourd’hui.