A la mort d'Anne de Bretagne, le roi Louis XII, son époux, lui fit des funérailles exceptionnelles qui durèrent 40 jours et qui scellèrent à jamais son image de Reine de France et de Duchesse de Bretagne.

En élaborant ce programme sur la Missa pro defunctis d'Antoine de Févin et en lisant le récit tellement vivant du héraut d'armes d'Anne de Bretagne (surnommée Bretaigne !), Denis Rainsin Dadre s'est rendu compte qu'au-delà de tout ce deuil officiel mis en scène par le pouvoir royal, il existait aussi une douleur muette, celle des bretons qui perdaient leur duchesse ainsi que l'indépendance du Duché. Il a voulu faire entendre la voix du peuple en marge de la voix des chantres du Roi. Aussi a-t-il demandé à Yann-Fanch Kemener des gwerzioù. Ces chants solos agissent comme un contrepoint à la polyphonie complexe qui exprime toute la pompe royale. Sa voix rend audible ce peuple breton, si attaché à sa duchesse Anne qui lui avait légué son cœur et qui encore aujourd'hui lui reste singulièrement attaché.

Diapason d'Or award