Libre à chacun d’avoir ses épisodes ou concerts préférés. Cependant, gardons à l’esprit que malgré le talent compositionnel de Braxton (facteur formel garantissant l’adhérence et la cohésion d’un tout), sa musique émane d’abord de rencontres particulières entre plusieurs musiciens. George Lewis est l’un des plus fidèles collaborateurs de Braxton ; il suffit de tendre l’oreille pour le comprendre. Muhal Richard Abrams ajoute une présence rare et fascinante au sein du groupe. Et bien que le bassiste Mark Helias et le batteur Charles « Bobo » Shaw n’aient pas acquis une grande notoriété dans ce répertoire, ils ont pourtant contribué ponctuellement à la musique de Braxton ; leur familiarité et leur dévouement ne font pas de doute. Malgré l’aspect éphémère, presque fugace de cet ensemble, il me semble qu’il émane de ces performances un esprit illustrant parfaitement l’aura stimulante de la musique d’Anthony Braxton. On y trouve de nouvelles informations sur le passé qui donnent de l’espoir en l’avenir.

 Art Lange