Si c’est  principalement de Crémone, de Brescia ou de Mantoue que sont originaires les premiers virtuoses du violon, c’est Venise qui apparaît très rapidement comme le principal centre du développement de la musique instrumentale. De plus, c’est dans la cité des Doges que durant tout le XVIIe siècle la majorité des recueils sont imprimés. À côté des compositions pour un ou deux violons et basse continue, il est curieux de constater que tous ces virtuoses ont visiblement eut plaisir à partager leur succès avec leurs collègues : ainsi quasiment tous les compositeurs-virtuoses réunis dans cet enregistrement ont imaginé des sonata, canzone ou sinfonie pour des ensembles de 3 ou 4 violons. De plus, il est fréquent que ces compositions fassent appel à des effets de double chœur ou de réponses en écho. Tout cela se passe dans ce contexte de la découverte de cette virtuosité naissance si particulière à l’époque baroque et dans laquelle les instrumentistes imaginent de nombreux effets nouveaux, tels l’usage du jeu de doubles cordes, et se font remarquer par des traits de virtuosité qui s’apparentent au langage extravagant de la Toccata.