Bart Van Reyn et Le Concert d’Anvers explorent deux symphonies peu connues de Joseph Haydn. Datant de l’automne 1784, alors que Haydn arrive au terme de l’engagement le liant aux Esterházy, ces deux oeuvres semblent préfigurer les futures Symphonies parisiennes. La lecture de Van Reyn souligne l’ambition artistique de ces deux partitions, jusqu’alors largement ignorées par les spécialistes de l’interprétation historiquement informée, mettant en exergue leur nature dramatique, concise mais puissante. Ces oeuvres sont accompagnées de l’effervescent Concerto pour piano en ré majeur de Haydn, interprété au pianoforte par Lucas Blondeel. Ce dernier y montre une grande affinité avec l’écriture de Haydn, offrant une interprétation qui saisit parfaitement l’élégance du concerto tout en exaltant les traits d’esprit du compositeur.