Au même titre qu’Alessandro et Benedetto Marcello ainsi que de nombreux musiciens vénitiens, Tomaso Albinoni fut un dilettante di musica – autrement dit quelqu’un qui ne fut au service d’aucun patron ni d’aucune institution. Il put cependant faire de la musique son activité à temps plein, se décrivant lui-même comme « musico di violono ». Accompagnée d’une notice rédigée par le Pr. Michael Talbot, cet enregistrement réalisé par Harmonia Urbis – ensemble romain collaborant avec des artistes faisant figure d’autorité en musique ancienne – constitue une excellente introduction à la musique de chambre d’Albinoni à travers une sélection de ses plus belles sonates extraites du Trattenimenti armonici per camera a violino, violone e cembalo, op. 6, et des Suonate a tre, op. 1. Les sonates de l’opus 6 s’inscrivent dans la tradition caractéristique des sonates de chambre n’entretenant aucun lien avec la danse. En réalité, leur forme musicale est similaire à celle de ce que nous appelons communément les sonate da chiesa. Les Sonates en trio de l’op. 1 marquent les débuts d’Albinoni en musique instrumentale. Dans ces œuvres de relative jeunesse, Albinoni demeure encore fortement sous l’influence de Corelli, qui devait au moins avoir connu le jeune homme de manière détournée.