Sous ce titre de « Origins » sont réunies des œuvres de compositeurs de la première moitié du XXe siècle qui se sont fréquemment inspirés des traditions musicales de leur pays. Ce voyage musical parcourt l’Europe de la France aux confins de l’Asie. Si la personnalité de Béla Bartók est incontestable dans ce domaine de l’intégration des traditions populaires dans le langage classique, celles des autres compositeurs réunis ici mérite d’être découverte. Le juif Erwin Schulhoff fait partie de ces musiciens dont le régime nazi avait relégué les compositions dans cette catégorie de la « musique dégénérée ». L’Azerbaïdjanais Fikret Amirov, et l’Arménien Arno Babadjanian ont été victimes des contraintes du régime soviétique. Quand à Charles Koechlin, auteur d’un catalogue imposant il a dû subir durant toute sa vie le fait que sa carrière de compositeur était éclipsée par la réputation de son rôle de théoricien. Si toutes ces compositions inspirées des musiques nationales sont également contemporaines des turbulences politiques qui agitent l’Europe entre les deux Guerres mondiales, elles sont tout aussi contemporaines des nombreux courants qui ont bouleversé cette période dans tous les domaines artistiques.