ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

www.capilla.be

La Missa pro defunctis, ou messe des morts - qu'on appelle également simplement Requiem, su premier mot de son introït - est l'une des expressions les plus poignantes de la souffrance humaine. Dans la liturgie elle fut longtemps chantée à une seule voix, dans la sombre tradition grégorienne. Ce n'est que relativement tard dans l'histoire de la musique occidentale qu'on trouve des versions polyphoniques. Le plus ancien Requiem polyphonique que l'on connaisse est celui de Johannes Ockeghem (mort en 1497) - une œuvre fondée sur la mélodie grégorienne, paraphrasée dans la voix supérieure sous forme de cantus firmus. Cette brève messe des morts servit très probablement de modèle à la génération suivante de polyphonistes, qui peuvent tous se rattacher d'une manière ou d'une autre au « maitre » Ockeghem : Antoine Brumel, Pierre de La Rue et Johannes Prioris. Après eux le genre connut une immense floraison qui ne poursuivit jusqu' au milieu du XXe siècle, avec les chefs-d'œuvre de compositeurs comme Mozart, Brahms, Fauré, Verdi et Britten.

Johannes Prioris put exprimer musicalement le drame du Requiem en trouvant un équilibre entre une polyphonie souple, sans beaucoup d'imitation, et un style plus déclamatoire, parfois complètement homophone. Son Requiem, l'une des premières messes des morts presque entièrement polyphonique de l'histoire de la musique occidentale, est précédé sur ce cd d'autres œuvres sacrés du meme compositeur, avant tout des motets mariaux. Marie est ici présentée comme la consolatrice, l'intercesseur et la source de la vie, créant un contraste avec le thème de la mort abordé dans la seconde partie de l'enregistrement.

Les indications biographiques sur Johannes Prioris sont restées jusqu'à maintenant très succinctes. D'après l'hypothèse le compositeur serait né à Vorst (Forets), près de Bruxelles ; la présence d'un nombre relativement grand de ses œuvres dans les collections musicales de la Bibliothèque Vaticane étaye l'hypothèse selon laquelle Prioris passa du temps à Rome. La seule chose de sure qu'on sache sur ses activités est qu'il travailla pendant un temps à la cour du roi de France, Louis XII, l'une des plus importantes institutions musicales d'Europe occidentale à la Renaissance.

Quels que soient les détails de sa vie, la musique de Johannes Prioris révèle clairement un compositeur capable de donner une touche très personnelle à la combinaison de la polyphonie (flamande) et des influences tant françaises qu'italiennes et qu'il soit loué pour son génie musical par des auteurs comme Guillaume Crétin, Eloy d'Amerval, Jean Daniel et François Rabelais.

 

5 Diapason award 5 Goldberg award 4 étoiles Monde de la Musique award