L’une des chanteuses les plus talentueuses de la nouvelle génération met en lumière quatre perles pour soprano et orchestre appartenant à la grande tradition de la musique sacrée napolitaine du XVIIIe siècle. Les trois compositeurs sont représentatifs d’autant de générations d’une dynastie industrieuse : Francesco Feo (1691-1761) fut l’oncle de Gennaro Manna (1715-1779), qui était lui-même l’oncle de Gaetano (1751-1804). La comparaison entre les deux partitions nous permet d’observer l’extraordinaire développement depuis l’austérité de la fin du baroque jusqu’à l’élégance du style galant. Les Lamentations des deux Manna font partie de la liturgie du Jeudi saint (Officium tenebrarum), tandis que La Sinderedi de Feo, une méditation douloureuse sur le péché et la contrition, appartient à la forme de la cantate spirituelle et témoigne d’un environnement de dévotion privé. Le court et brillant Gloria de Gennaro Manna couronne le programme, symbolisant l’accomplissement final d’une dimension de rédemption et de salut éternel. Toutes les pièces sont caractérisées par le goût napolitain typique pour la pureté de la voix, avec une virtuosité limitée et une expressivité radieuse. Il s’agit du troisième épisode de la nouvelle série consacrée à la musique napolitaine, en collaboration avec le Centro di Musica Antica – Fondazione Pietà de’ Turchini napolitain.