ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

LES DERNIERS QUATUORS  DE MOZART PAR LE  QUATUOR FESTETICS

Parmi les dix derniers Quatuors composés par  Mozart, le recueil des six Quatuors dédiés à Joseph  Haydn s'impose avec une telle évidence que sa  suprématie a quelque peu porté ombrage aux  quatre Quatuors qui lui ont succédé : les trois  Quatuors Prussiens (K 575, 589 et 590) que  précèdent l'âpre et énigmatique Quatuor isolé  en ré majeur, K 499, le Quatuor Hoffmeister

Si certains commentateurs ont reproché à ces  compositions des dernières années de la vie  de Mozart une certaine distanciation que l'on  a vite pris pour une perte d'inspiration, une  fréquentation plus assidue de ces oeuvres tardives  devrait conduire à des conclusions toutà-  fait différentes. En ces années de désenchantement  et de pauvreté grandissante, Mozart  écrit quelques-unes de ses créations les plus  sublimes et intemporelles. La beauté des thèmes,  la richesse de l'écriture et la sérénité des  Quatuors Prussiens sont en totale opposition  avec le dénuement du compositeur. 

L'axe Vienne-Budapest ne saurait se confondre  avec une quelconque renaissance de l'ancienne  Autriche-Hongrie à laquelle se prennent  à rêver certains intellectuels. C'est simplement  une permanence historique qui fait  de ces deux cités danubiennes des pôles essentiels  dans le développement et la pratique  de la musique au cours des siècles passés. Au  delà des évidentes oppositions existe une  complémentarité de caractères qui ne laisse  pas nécessairement à la Hongrie la part la  plus mince. En témoigne l'histoire du quatuor  à cordes. 

Sans remonter au Quatuor Joachim qui appartient  encore pour l'essentiel au XIXe siècle, la  Hongrie a développé un caractère de quatuor  spécifique, qui a marqué l'interprétation en  notre époque jusque dans l'enseignement des  Universités américaines. C'est la recherche  d'une sonorité d'ensemble à la fois très homogène  et extrêmement individualisée, un timbre  dru mais intense et lyrique, un sens inimité  des fondus, des dégradés et des nuances dynamiques.  Ainsi avons-nous connu le Quatuor  Waldbauer et le Quatuor Lener, le Quatuor  Hongrois et le Quatuor Végh, le Quatuor Tatrai  et le Quatuor Takacs, &c. 

Si ces dernières années ont vu se développer  avec succès un type de quatuor hétérogène basé  sur la recontre de musiciens internationaux  possèdant un style de jeu différent, l'écoute de  chambristes formés à la même école instrumentale  pourra sembler à la fois un enrichissement  et une sorte de retour aux sources. Le  QUATUOR FESTETICS représente précisément le  lien entre deux univers complémentaires: l'homogénéité  résultant d'un enseignement identique,  c'est à dire la tradition Magyare assumée,  et une longue pratique quotidienne de jeu en  commun. La quête de l'authenticité des textes,  la beauté des instruments d'époque et les principes  d'exécution participent de cette révolution  qui a transformé ces dernières décennies  nos connaissances sur le jeu de la musique baroque  et classique. 

FESTETICS est le nom d'un noble mécène hongrois  qui, à l'Ère des Lumières, apporta son  soutien aux arts. Sa bibliothèque, qui subsiste  aujourd’hui en son château de Keszthely,  fut l'une des plus importantes du XVIIIe siècle.  Peut-être un tel patronage précise-t-il à lui seul  le sens de la démarche du Quatuor portant ce  nom.

MICHEL BERNSTEIN