« Jouissif ! », « scintillant ! » écrivaient les journalistes de Diapason et de Classica à propos du dernier enregistrement d’Olivier Fortin et de son ensemble, consacré au rare Romanus Weichlen et qui reçut tous les honneurs de la presse musicale (Diapason d’Or, Choc de Classica, ffff Télérama). Cette année, le claveciniste canadien et sa fidèle bande ont décidé d’enregistrer TELEMANN, dont on célèbre le 250ème anniversaire en 2017. Deux musiciens anonymes de la ville de Hambourg écriront en 1728 que “Haendel (compose) de la musique” mais que Telemann compose “de la musique et des affects”. Les ouvertures-suites de Telemann présentées dans cet enregistrement sont écrites dans un style “mimétique” : Les Nations, le Concerto Polonois, La Bizarre ou le Burlesque de Quixotte explorent une vaste gamme de sujets et, encore plus que toutes ses autres oeuvres, elles révèlent un homme de théâtre, curieux, lecteur chevronné, humoriste et fin observateur du monde physique et politique qui l’entoure.