ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées. Les envois à destination du Royaume-Uni peuvent prendre entre 2 et 3 semaines.

Le point de départ du troisième enregistrement que Barbara Hannigan réalise pour Alpha est une œuvre de Gérard Grisey (1946-1998) qui lui tient particulièrement à cœur : « J’ai conçu les Quatre Chants pour franchir le seuil, écrit le compositeur, comme une méditation musicale sur la mort en quatre volets : la mort de l’ange, la mort de la civilisation, la mort de la voix et la mort de l’humanité. (...) Les textes choisis appartiennent à quatre civilisations (chrétienne, égyptienne, grecque, mésopotamienne) et ont en commun un discours fragmentaire sur l’inéluctable de la mort. » Luigi Nono (1924-1990) est un compositeur engagé. Saisissante monodie, véritable cri déchirant pour soprano solo, Djamila Boupacha – dont Picasso a également fait un portrait au fusain – était une combattante algérienne, torturée par des parachutistes français pendant la guerre. Toujours en « chanté/dirigé » avec ses amis du Ludwig Orchestra, Barbara Hannigan complète ce dyptique du XXe siècle avec une symphonie classique du maître du genre, Joseph Haydn, qui lui aussi traite du thème de la Passion et dont elle donne une interprétation très intense et très personnelle...

Diapason Or award Choc Classica award Le choix de France Musique award Presto Classical Editor's Choice award Choc Classica 2020 award Record Academy Awards 2020 award

« L’agilité extraordinaire de la chanteuse et le soin qu’elle porte à la moindre note apparentent cette page à une sanctification de la douleur. »
Le Monde
« On y reconnaîtra sans peine la marque de l'engagement de l'interprète en faveur de la création, qu'elle a toujours mis un point d'honneur à servir, aussi bien en tant que chanteuse qu'en tant que cheffe. »
Le Figaro
« Le résultat saute à l’oreille à travers la théâtralité explosive de la pulsation et de variations dynamiques appuyées…. »
L'Echo
« La soprano canadienne Barbara Hannigan ne fait qu'un avec les instruments […], elle et les membres de l'Orchestre Ludwig […] donnent vraiment l'impression de venir d'un autre monde, le vaste épisode pour percussion précédant le dernier chant (« Ouragans et Déluge ravageant la terre ») est terrifiant à souhait. Une grande œuvre de la fin du XXème siècle, à ne pas manquer. Marc Vignal »
Musikzen
« Deux pièces contemporaines encadrent la symphonie, deux joyaux du répertoire vocal que s'approprie Hannigan avec une sensibilité qui étreint : voix flexible et fluidité de la ligne nue, portée aux confins de la tessiture. L'écoute est captive et l'émotion à fleur de lèvres dans cette interprétation qui tutoie l'excellence. Michèle Tosi »
ResMusica
« La complicité entre la chanteuse et les musiciens est palpable dès le premier mouvement, où la flûte et la trompette fusionnent tour à tour avec la voix, en renouvelant perpétuellement la palette de timbres. Alexandre Jamar »
Forumopera
« On y reconnaîtra sans peine la marque de l'engagement de l'interprète en faveur de la création, qu'elle a toujours mis un point d'honneur à servir, aussi bien en tant que chanteuse qu'en tant que cheffe. Une réflexion troublante d'actualité sur le sens de la Passion, au sens spirituel et humain, au cœur de laquelle brille sa relecture détonante de lyrisme et d'expressivité de la symphonie de Haydn. Thierry Hillériteau »
Le Figaro
« Ces femmes qui donnent le la : Modernité que Barbara Hannigan incarne avec un élan et une présence physique qui n'auront échappé à personne […]. La soprano s'est doublée d'une responsabilité de chef d'orchestre – sans baguette ! – à la tête de son Ludwig Orchestra […] offrant un impressionnant triptyque de perspectives sur la mort et la métamorphose. Pour la mériter, la chorégraphie passionnelle frappe par l'aboutissement de sa dramaturgie, organique et sans artifice. » Bruno Guermonprez »
Le Figaro Magazine
« Dans ce répertoire, elle draine les foules sur son seul nom. Qu'on aime ou pas le contemporain, quand il s'agit de Barbara, on y va ! Lise Bloch Morhange »
Les soirées de Paris
« ... remarquable interprète du réper­ toire contemporain et cheffe d'orchestre à la vision claire, Barbara Hannigan la rend intelligible, attise la curiosité, trouve de la lumière dans l'ombre. Elle transcende l'âme dans un travail où les œuvres se répondent à travers un écho musical et psychique. »
MAD Le Soir - 4 étoiles