ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

Bononcini - La nemica d'amore fatta amante
France : Telerama - 17 setpembre 2003 - ffff "Bononcini se fait le chantre délicat de ces fêtes galantes. L'onirique tendresse de ses mélodies, la fluidité vaporeuse de son instrumentation (broderies agiles du violoncelle, de l'archiluth et du théorbe) trouvent dans l'Ensemble 415 de la violoniste Chiara Banchini et dans les solistes vocaux des interprètes exemplaires. Gilles Macassar Le Monde - 20 septembre 2003 - Les amours du berger Tirsi avec la nymphe Clori triompheront des jalouses menées du satyre Fileno, non seulement par la qualité d'une interprétation vocale de premier plan, mais par l'audace de forces instrumentales qui osent avec la délicatesse et le délié, la souplesse et la nuance. Marie-Aude Roux Nova Magazine - Octobre 2003 "Cette sérénade à trois, typique du XVIIIe, joue des soli de violon et de violoncelle virtuoses pour illustrer l'éternel débat entre les deux visages de l'amour : le passionné ou le libertin. L'Ensemble 415 a enregistré cette première mondiale avec tant d'humour et de suave langueur que l'on ne sait lequel choisir." Vincent Borel Italy : Amadeus : ***** novembre 2003 Nell'interpretazione della Banchini il sensuale gioco di gioie e dolori di Bononcini trova una dimensiona incantata che nulla puo incrinare. m.r.z. Germany : Doch wenn die strapazierten Konventionen wie in diesem Fall arrangiert werden und eine derart inspirierte Interpretation erfahren, dann gebührt ihnen das Prädikat : meisterlich. Georg Henkel - Musik am sich USA Classics Today - March 2004 - 10/10 The entire work is both moving and charming - and doesn't have an inelegant moment. And the performances are excellent....as if it were the only work ever written about nymphs and shepherds, and as it seems an unhackneyed masterpiece. Robert Levine.