Au temps de Madame de Pompadour, la vielle à roue (tout comme la musette) bénéficient d’un succès important. Elle se mesure aux autres instruments et, comme nous le montrent plusieurs tableaux, bénéficie de faveurs des dames de l’aristocratie.
Plusieurs méthodes sont éditées, dont celle de Michel Corrette (La belle vielleuse) et certains virtuoses comme Danguy ou Dupuits poussent les limites techniques dans leurs derniers retranchements. Son charme est célébré par les poètes dont les textes inspirent les cantates. C’est entre la Cour et les bergeries que nous conduit ce programme de découvertes...