ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées. Les envois à destination du Royaume-Uni peuvent prendre entre 2 et 3 semaines.

Après un premier album consacré à Weill, Zemlinsky et Korngold (Alpha272), Kate Lindsey explore ici son autre répertoire de prédilection, la musique du 18ème siècle. Avec la complicité de Jonathan Cohen et d’Arcangelo, elle a enregistré trois cantates autour du mythe d'Ariane, abandonnée sur l’île de Naxos après avoir aidé Thésée à tuer le Minotaure de Crète en lui donnant une pelote de fil pour retrouver son chemin. Ebra d’amor fuggia d’Alessandro Scarlatti (1707) relate la fuite « enivrée d’amour » d’Ariane avec Thésée, et celle-ci exprime sa tendresse pour lui dans le magnifique air « Pur ti stringo ». La même année, le jeune Haendel compose sa  cantate Ah! crudel, nel pianto dont le sujet cette fois est un amant abandonné anonyme. En 1789, Joseph Haydn se tourne lui aussi vers Ariane pour une cantate dont Il existe plusieurs orchestrations. Celle qui est enregistrée ici est de Sigismund Neukomm, élève de Haydn entre 1797 et 1804. Trois figures de l’amour déçu que la mezzo-soprano incarne avec passion.

Presto Classical Editor's Choice award

« Kate Lindsey fait revivre avec passion les tourments de cette héroïne déchirée […] Un disque à coeur vaillant hautement recommandable. - Brigitte Maroillat »
Forumopera
« La sensibilité de la mezzo rend justice à toutes les composantes dramatiques de l'ouvrage. Les tensions intérieures de l'héroïne se diffusent sans une once d'excessivité, ne laissant ainsi aucun doute sur la performance interprétative intense de la chanteuse, véritable poumon de cette proposition discographique soignée. Charlotte Saulneron »
ResMusica
« Émouvante et passionnée : telle apparaît Kate Lindsey dès le premier récitatif de L'Arianna d'Alessandro Scarlatti. Son art du chant, qui fait brusquement succéder la tendresse à la violence, traduit bien la tension du désir qu'éprouve cet archétype de la femme abandonnée. Jérémie Bigorie »
Classica
« Kate Lindsey interprète ce programme avec dramatisme et une belle ampleur, parvenant à l'unifier par-delà ce qui stylistiquement distingue les deux premières cantates de la troisième. » Marc Vignal »
Musikzen
« L'éclectique Kate Lindsey fait revivre avec une belle poésie musicale, les tourments d'une héroïne déchirée. Un disque à cœur vaillant dont on ne se lasse pas. Brigitte Maroillat »
Forumopera