ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

Le début du XIXe siècle est une époque de grands changements stylistiques dans le domaine de la musique, les compositeurs recherchant de nouvelles formes d'expression et de nouvelles possibilités tonales, ce qui entraîne une innovation rapide dans le domaine de la conception et de la fabrication des instruments. Un spectre sonore plus large et une plus grande variété de possibilités techniques deviennent un but avoué. Ludwig van Beethoven et Friedrich Kuhlau sont des géants musicaux de leur temps, cherchant tous deux à exploiter pleinement le potentiel apporté par ces nouveaux développements. La Sérénade de Beethoven repousse les limites du classicisme avec des changements dynamiques impulsifs et des motifs contrastants, tandis que la Grande Sonate concertante de Kuhlau explore avec enthousiasme une esthétique plus romantique, avec une liberté expressive dans son écriture virtuose et de riches textures harmoniques. La juxtaposition de la musique de Beethoven et de celle de Kuhlau sur cet enregistrement est inspirée par l'unique rencontre des deux compositeurs à Baden le 2 septembre 1825. Ce moment charmant de l'histoire de la musique est rappelé par un canon que Beethoven a écrit sur le texte 'Kühl, nicht lau' (frais, pas tiède), un jeu de mots amical sur le nom de Kuhlau.

« Le goût de Tami Krausz et Shuann Chai pour les contrastes très assumés et les sonorités franches fait merveille. Loïc Chahine »
Diapason
« C'est avec ce canon, dont il tire son titre, et entendu ici dans une version pour ténor, baryton, baryton-basse, flûte et piano, que se termine cet intéressant CD. Marc Vignal »
Musikzen