ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

La Passion selon saint Jean de Bach, avec son célébrissime chœur d’ouverture traversé d’ombre et de lumière, est une puissante réflexion musicale et spirituelle. Dramatique, grandiose, complexe, résolument théâtral, les superlatifs ne manquent pas pour décrire ce chef-d’œuvre absolu de la musique occidentale. Philippe Herreweghe et le Collegium Vocale Gent en proposent une lecture aboutie qui reflète leur connaissance du compositeur, fondée sur d’abondantes recherches et approfondie par d’innombrables concerts. Les solistes Krešimir Stražanac et Maximilian Schmitt démontrent l’étendue de leurs talents dans les rôles de Jésus et de l’Évangéliste.

GRAMOPHONE Editor's Choice award Klara Ordeel award

« la dramaturgie intime et ramassée est sublimée par le sens de clarté et de transparence d’un Collegium Vocale Gent à son meilleur, et le très émouvant Es ist vollbracht (« Tout est accompli ») du contreténor Damien Guillon. »
Le Figaro, 11/04/2020
« Une belle version où l'esthétique, la clarté et la lisibilité l'emportent sur l'urgence du drame. Alain Huc de Vaubert »
ResMusica
« La clarté et la fluidité sont les deux atouts maîtres de ce nouvel enregistrement de la Passion selon Saint-Jean. Des qualités qui caractérisent bien le travail remarquable accompli par le Collegium Vocale Gent en cinquante ans d'existence, sous la direction exigeante sans être intransigeante de Philippe Herreweghe. Et qui épousent ici à merveille les contours de cet oratorio, essentiel dans tous les sens du terme. Thierry Hillériteau. Pour information : cet article était accompagné d'une offre découverte d'Alpha Play à destination des lecteurs du Figaro »
Le Figaro
« La ferveur frémissante du premier chœur, la finesse des courbes mélodiques dans les arias, la somptuosité instrumentale […] compensent le lissage passager des récitatifs. Jean-Luc Macia »
Diapason
« Cette nouvelle version met en avant les subtilités orchestrales, nombreuses dans cette Passion marquée par ses élans dramatiques. Dès les premières mesures, hautbois et violons entraînent irrésistiblement au cœur de la musique avant l'éclatement du premier chœur. Gérard Pangon »
Musikzen
« Maximilan Schmitt compose un évangéliste d'une fière éloquence. Philippe Hereweghe demeure d'une impressionnante hauteur de vue. Philippe Venturini »
Classica
« On remarquera, outre la densité dramatique de chaque instant, l'homogénéité et l'assurance légendaires du Monteverdi Choir, les accents douloureux de l'Évangéliste de Mark Padmore. Philippe Venturini »
Les Echos
« Voilà en tous cas un disque qui témoigne d'un processus de maturation intéressant à plus d'un titre, ce qui justifie à soi seul sa publication. Travail éditorial et prise de son sont de référence. Dominique Joucken »
ForumOpera