ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Etats-Unis, Europe et bassin méditerranéen.

Collection: Jazz and the City

L’expression en solo, c’est un révélateur qui ne trompe jamais. Faible caractère s’abstenir ! De la personnalité, Richie Beirach, new-yorkais résidant à Leipzig (Allemagne), n’en manque assurément pas. Forgée par quarante ans de métier où il conjugue la discipline de la formation classique et le vertige de l’improvisation. Des arguments qui font merveille avec « Impressions of Tokyo » qui s’intègre dans la collection « Jazz and the City » déjà illustrée par ses confrères pianistes, Kenny Werner (New York), Eric Watson (Paris), Bill Carrothers (Excelsior) en attendant Joachim Kuhn (Ibiza).

Richie est un fin connaisseur du Japon - pas moins de 26 visites depuis les années 70 avec moult concerts et enregistrements - qui ne cache pas son admiration pour son impressionnante culture et son respect pour l’art et la musique sous toutes ses formes. Sous ses doigts, Tokyo se révèle dans toute sa dualité, lieu de rencontre de la tradition et de la modernité. Ses « impressions » constituent autant d’instantanés présentés sous la forme d’haïkus, l’expression poétique la plus épurée (3 vers immanquablement de 5, 7 et 5 syllabes). Qu’on ne s’y trompe pas, cette contrainte de forme librement consentie permet à Richie Beirach d’aller à l’essentiel. Qu’il s’agisse d’évoquer le Japon de toujours - le théâtre Kabuki, les jardins de pierres des monastères, les cerisiers en fleurs, ou aussi les tremblements de terre …- ou le Japon d’aujourd’hui - le Shinkansen (Bullet train), l’équivalent de notre TGV, le cinéma de Kurosawa, la musique de Takemitsu… Il se montre tour à tour dépouillé, quasi ascétique ou foisonnant, fouillant dans les entrailles du piano. Ou comment savoir traduire - sans trahir- l’âme tokyoïte et le quotidien de millions d’urbains. Avec ce voyage à Tokyo, Richie Beirach atteint cette forme de sérénité zen qui est tout simplement l’apanage des grands.

Note du producteur : Cet enregistrement a été réalisé en septembre 2010. Six mois après, le Japon subissait le cataclysme le plus fort depuis l’anéantissement nucléaire d’Hiroshima et Nagasaki en 1945. Une catastrophe qui prenait une triple forme : tremblement de terre du 11 mars, le plus grave du siècle écoulé, tsunami faisant des milliers de victimes, accident majeur sur la centrale nucléaire de Fukushima. « Je voudrais dédier cet album au peuple japonais et lui témoigner ainsi mon amour profond, a confié Richie Beirach Je souhaiterais bien sincèrement et bien respectueusement que cette œuvre puisse lui donner une lueur d’espoir face à cette tragédie sans précédent. »

Choc Jazzman award Choc 2011 Jazzman award