ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

Zig-Zag Territoires commence une collaboration avec le pianiste François Frédéric Guy « un artiste rare » (le Figaro 2008) avec d’une part l’intégrale des sonates pour piano de Beethoven enregistrée live à l’Arsenal de Metz entre décembre 2010 et décembre 2012 et, d’autre part un double disque Liszt autour de deux œuvres essentielles du compositeur : la Sonate en si mineur et le cycle des Harmonies poétiques et religieuses.

Zig-Zag Territoires souhaite accompagner le développement de cet artiste remarqué par une « titanesque Hammerklavier… [où] nous sommes au paradis » Le Monde 1998, qui a marqué son territoire « en arpentant les Everest du répertoire » Libération 2004 : concerto n°2 de Brahms avec le London Philharmonic Orchestra dirigé par Paavo Berglund (2004) chez Naïve, l’intégrale des concertos pour piano de Beethoven avec Philippe Jordan et l’Orchestre Philharmonique de Radio France (2008-10) chez Naïve. François-Frédéric Guy interprète régulièrement le cycle des Harmonies poétiques et religieuses, soit en récital, soit aux côtés de l’actrice Marie-Christine Barrault qui dit les poèmes de Lamartine mis en musique par le compositeur.

Nous avons choisi de capter ces chefs-d’œuvre dans le studio de la Chaux de Fond (Suisse) réputé pour son acoustique exceptionnelle et, dans le but de retrouver la spontanéité du concert, François-Frédéric Guy a enregistré ce double disque en 4 jours.

 

« Enregistrer les Harmonies Poétiques et Religieuses, représente un moment important de ma carrière artistique et discographique, Liszt étant l'un de mes compositeurs de prédilection. Il s’agit d’un des plus beaux cycles de la littérature pianistique qui met en musique des poèmes de Lamartine, mêlant inspiration grandiose et méditations intimes. Quant à la sonate en si mineur, elle constitue pour moi le sommet de l'œuvre du compositeur et la seule sonate pour piano digne de succéder à la « Hammerklavier » de Beethoven. »

François-Frédéric Guy

5 Diapason award