ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

Depuis des années, le choeur de chambre Les Cris de Paris, reconnu pour son engagement en faveur de la création contemporaine, a pris l’habitude de terminer ses concerts par un « encore » (un bis pour les francophones), spécialement écrit par les arrangeurs du groupe à partir d’une chanson a priori étrangère au monde de la musique classique. Au fil du temps, un répertoire sans équivalent s’est ainsi construit, composé de facettes multiples : Brel, Gainsbourg, Dutronc, mais aussi Madonna, Zappa, Björk et Spears (Britney…).

Pour célébrer son dixième anniversaire avec un clin d’oeil, Alpha s’est lancé avec enthousiasme dans cette aventure qui brouille les frontières entre la musique « classique » et celle qui ne l’est pas. Le pur plaisir de la musique s’y exprime sur les registres les plus divers, avec cependant 3 constantes :
- l’exécution est exclusivement réalisée par les chanteurs, effets « instrumentaux » et de percussions compris.
- le niveau technique et la virtuosité de chacun des chanteurs est un modèle du genre, ce qui leur permet d’être alternativement soliste et élément de l’ensemble.
- La qualité et la créativité des arrangements apportent un nouveau souffle aux chansons originales, souffle qui les transfigure et les propulse dans un univers qui n’a plus rien à voir avec celui de la « variété ».

A projet hors norme, packaging spécial : dans la mesure où le disque ENCORE(s) ! s’échappe de nos collections habituelles, j’ai souhaité lui donner une apparence à la fois festive et originale, avec une boîte ronde en métal évoquant à la fois par ses facettes le monde de la nuit et la diversité du contenu.

Quel peut être le message voulu, avec cette production, par un label qui se distingue depuis dix ans par sa rigueur et son exigence dans le domaine de la musique baroque ? D’abord, rappeler que la musique reste, avant tout, une intarissable source de plaisir et de jubilation. Ensuite (et c’est peut-être le principal), mettre à la portée de tous le constat que la beauté, dont notre monde à tant besoin, peut aussi bien se cacher dans un air de cour que dans une fugue de Bach, ou dans une chanson. A condition bien sûr de ne faire aucune concession à la démagogie ambiante et aux attentes supposées d’un « marché » dont nous connaissons tous désormais la stupidité destructrice.

Jean-Paul Combet