Le Trésor d'Orphée - Les concerts de musique pour violes et voix en France au XVIIe
Couperin, Boesset, Du Mont, Métru, Guédron, Moulinié, Vallet, Thibaud de Courville, Le Jeune, Du Caurroy, Roberday, Cadéac


La France de Louis XIII (né en 1601 - meurt en 1643), c'est un vaste territoire rural, sur lequel sévissent la précarité, la maladie, les grandes épidémies ; c'est le temps de la brièveté de la vie, la mort est constamment aux aguets. Siècle contrasté : guerre (protestants contre catholiques... celle de Trente ans) et paix, splendeur des uns et misère des autres, piété ardente et mécréance envahissante... Bien qu'invisible, Dieu est partout, dans les âmes comme dans les institutions, le style officiel et même les dépêches diplomatiques.
Pour les artistes la France de Louis XIII, c'est surtout Paris et la vie de cour au Louvre, les salons aristocratiques... La noblesse française, " belliqueuse par vocation et par profession ", apprécie les arts... Musiciens, poètes se pressent à la Chambre du Roi pour rythmer ses journées. C'est cette effervescence des arts - préfigurant le faste du grand siècle baroque français - que ce " trésor d'orphée " nous propose. Musiques instrumentales en consort de violes côtoient des Airs de cour de Boesset, Guedron... Le style et la maîtrise de Guido Balestracci nous conduit dans cette musique princière, envoûtante, frémissante de vie...

" Les violes [...] sont grandement propres pour les concerts de musique, soit que l'on les veuille mesler avec les voix, soit qu'on les veuille joindre avec d'autres sortes d'instruments : car la netteté de leur son, la facilité de leur maniment,et la douce harmonie qui en résulte, faict qu'on les employe plus volontiers que les autres instruments; aussi faut il advouer qu'après les voix humaines excellentes il n'y a rien de si charmant que les mignards tremblements qui se font sur le manche, et rien de si ravissant que les coups mourants de l'archet. " Pierre Trichet, Traité des Instruments de Musique, vers 1640