ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

"Pourquoi enregistrer une nouvelle version de ces oeuvres ? "Rosamunde" et "La jeune fille et la mort" nous ont accompagnés tout au long de notre vie de quatuor. Initialement en rêve, puis de découvertes en ressentis. Au fil de ces années de travail et de concerts, leur interprétation s'est peu à peu confrontée aux recherches entreprises par notre quatuor dans la pratique des instruments montés d'époque. Le grain du son des cordes en boyau, tel celui d'une image argentique, donne au timbre du quatuor une texture inimitable, idéale pour mettre en relief les couleurs de la musique de Schubert. Le cambre et le poids des archets classiques permettent sur ces mêmes cordes une palette d'articulations qui dessine les notes par un jeu de consonnes proche de l'émission vocale, plus proche donc du lied si cher au compositeur. Et enfin renoncer à la pratique moderne du vibrato continu profite à la transparence et à la perception des dissonances. Dans ce contexte d'interprétation, souvent suggéré par les instruments eux-mêmes, notre quatuor souhaite restituer au plus près de sa conscience et de ses désirs l'infinie beauté et complexité de ces partitions."

Le Quatuor Terpsycordes

Pour cet enregistrement, le Quatuor Terpsycordes a joué sur un quatuor des luthiers Vuillaume, aimablement mis à disposition par le Musée d'art et d'histoire de Genève. Il se compose de deux violons de Jean-Baptiste Vuilllaume, l'un étant une copie datant du milieu du XIXe siècle du Guarnerius del Gesù, l'autre (Paris, 1864) une copie du Messie de Stradivarius; l'alto, également attribué à Jean-Baptiste Vuillaume, est une copie d'un del Gesù; le violoncelle, copie exacte du Stradivarius Servais, est l'œuvre de Nicolas-François Vuillaume, frère de Jean-Baptiste (Bruxelles, 1861). Ces instruments sont montés d'époques, avec des cordes en boyau, et ont été accordés (pour cet enregistrement) à un diapason de 430 Hz. L'archetier Bruno Sporcq a réalisé pour les Terpsycordes un quatuor d'archets « classiques », inspiré notamment par les réalisations de la fin du XVIIIe siècle des facteurs anglais Dodd.

5 Diapason award