ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

Cet enregistrement a été réalisé en décembre 2019, sous la direction de Reinbert de Leeuw, deux mois avant sa mort. Quelques semaines auparavant, il avait appelé Thomas Dieltjens, directeur artistique de l’ensemble Het Collectief pour lui dire : « Depuis notre concert de mi-juillet 2019 au Festival de Saintes, Das Lied von der Erde ne me quitte plus. Je suis totalement sous le charme de la pièce et chaque jour je découvre de nouvelles choses dans ce chef-d’œuvre de Mahler. Ne serait-ce pas un rêve si on pouvait enregistrer cette musique avec le groupe exceptionnel de musiciens et de solistes que nous avions à Saintes ? Et de préférence le plus vite possible ? » Reinbert a signé l’arrangement pour 15 instrumentistes et deux solistes et a mis ses dernières forces dans l’enregistrement de cette musique qui englobe la vie entière, depuis la fraîcheur de la naissance jusqu’au moment de l’adieu... Un album testament, avec la bouleversante mezzo-soprano Lucile Richardot, qui nous permet de rendre hommage à l’un des plus importants ambassadeurs de la musique du 20ème siècle.

avec la Médiathèque Musicale Mahler
www.mediathequemahler.org

« Est-ce parce qu'il savait que ce serait son dernier disque que le chef Reinbert de Leeuw, décédé à 81 ans en février dernier, a insuflé une telle force à cet arrangement? La réussite est en tout cas absolue, portée par les instrumentistes à la verve acérée de l'ensemble bruxellois Het Collectief. Côté vocal, on a droit à la version pour mezzo et ténor, la plus intense. Car c'est bien cette dichotomie vocale entre le féminin et le masculin qui sert si admirablement ces chants vénérant autant l'ivresse et la vinasse que la jeunesse et la beauté. Si l'excellent ténor belge Yves Saelens, rompu à l'exercice, assume avec une parfaite expressivité ses chansons à boire, la vraie révélation de ce CD s'appelle… Lucile Richardot. Dans «Der Abschied», l'adieu, cette grande baroqueuse nous offre une version d'une plénitude magistrale. »
L'Echo
« Lucile Richardot et Yves Saelens au faîte de la détresse mahlérienne. Franck Mallet »
Musikzen