Le ténor français Julien Behr est l’une des étoiles montantes du chant. « Révélation artiste lyrique » de l’ADAMI en 2009 (année où il fait ses débuts au Festival d’Aix-en-Provence), Julien Behr devient fameux pour ses rôles mozartiens (dont Don Ottavio dans Don Giovanni qu’il grave en live au Théâtre des Champs-Elysées en 2016 sous la direction de Jérémie Rhorer (Alpha 379). « Belle vivacité et beau timbre » écrivait récemment le Frankfurter Allgemeine Zeitung, « Cocorico, le Fenton de Julien Behr est superbe: jusqu’ici surtout apprécié comme mozartien, le ténor français confirme son adéquation avec le répertoire de l’ottocento » poursuit Forumopera….  C’est le répertoire romantique français composé entre 1800 et 1900 que le ténor choisit ici pour son premier récital. Des œuvres très diverses (entre grand opéra et opéra comique), des airs célèbres et des raretés absolues composent ce programme conçu par le Palazzetto Bru Zane et Alexandre Dratwicki qui écrit dans le livret qui accompagne le disque : “rien de plus difficile pour un ténor que de « trouver sa voix » dans cette imbroglio de genres et d’institutions.. Depuis longtemps apprécié pour son charisme vocal et humain, le ténor Julien Behr est cette fois le héros d’un récital qui revisite ce répertoire dans toute sa variété, entre tendresse et héroïsme, joie et mélancolie. »
On retrouve Ambroise Thomas (Mignon, d’après Goethe), Bizet et sa célèbre  Jolie Fille de Perth, Cinq-Mars (1877) de Gounod, Benjamin Godard (Jocelyn), André Messager et son splendide Fortunio (1907), Delibes (Jean de Nivelle et Lakmé dont le fameux air de Gérald) , Le Chevalier Jean (1885) de Victorin Joncières – l’un des premiers wagnériens… Deux airs très célèbres de Franz Léhar extraits de La Veuve joyeuse et du Pays du sourire -  « Je t’ai donné mon cœur » qui inspire le titre de l’album - complètent ce panorama magnifiquement servi par l’Orchestre de l’Opéra National de Lyon, dirigé par une autre étoile montante, Pierre Bleuse. Julien Behr nous offre en bonus une chanson de Charles Trénet (Vous qui passez sans me voir ), arrangée par Arthur Lavandier, qui tient une place particulière dans sa vie. Il rejoint Alpha pour plusieurs projets qui s’attacheront à illustrer toutes ses facettes

Diapason d'Or award