ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

Cet enregistrement est réédité dans la collection des incontournables du baroque, avec une interview inédite de Chiara Banchini :

"Les programmes que j’ai souvent choisis pour l’Ensemble 415 donnaient la préférence aux concertos dont je pouvais confier les parties solistes aux membres de l’ensemble. Cela m’a toujours tenu à coeur. J’ai eu la chance de rencontrer et de former, dans le cadre de mon enseignement à la Schola Cantorum Basiliensis, de jeunes musiciens très doués, qui méritaient de se produire en soliste. J’aimais beaucoup jouer avec eux dans un rapport égalitaire, j’avais un immense plaisir à les entendre, à les voir prendre leurs performances tant au sérieux. Je pense aussi qu’il n’y a pas meilleur enseignement que de donner l’occasion aux jeunes musiciens de se produire sur scène. [...] Les concertos à quatre violons étaient vraiment une belle occasion de faire jouer en soliste une grande partie des musiciens de l’ensemble. Par ailleurs, L’estro armonico est une oeuvre exceptionnelle, du « grand » Vivaldi : cela méritait évidemment que nous enregistrions les concertos à quatre violons. [...] Chaque concerto de ce recueil est un petit bijou : non seulement Vivaldi traite avec un bonheur égal toutes les possibilités de faire dialoguer un, deux, trois ou quatre solistes mais l’écriture et l’harmonie sont pleines d’innovations pour l’époque. Nul autre compositeur italien n’a su proposer une oeuvre aussi structurée spatialement, où tous les solistes se répondent, soit en miroir soit en couple. C’est un vrai jeu entre les musiciens, qui se donnent la parole, qui s’imitent puis lancent une nouvelle idée musicale reprise par les autres. Ce jeu est passionnant pour chaque musicien.[...]
Vivaldi a organisé un dialogue très équilibré, symétrique et en miroir entre les parties solistes, c’est cela qui est fascinant. L’écriture est très claire, et il me semble qu’il n’y a rien à rajouter pour que le discours soit plus lisible et facile à comprendre – à entendre. Tout cela implique que les solistes dialoguent en utilisant la même langue. Sur ce point, j’ai l’impression que l’on entend que les musiciens ont été formés dans ma classe et que malgré la forte personnalité de chacun le dialogue est très compréhensible."