ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

Cet enregistrement est réédité dans la collection des incontournables du baroque, avec une interview inédite de Bruno Cocset :

Si historiquement ce disque n’est pas tout à fait le premier, il est celui qui démarre vraiment l’aventure de l’ensemble vers l’exploration d’un répertoire et le travail avec les instruments. Je jouais ces sonates de Vivaldi en concert depuis de nombreuses années avec Il Seminario Musicale ; ce sont les oeuvres, avec les suites de Bach, que j’avais le plus l’occasion de confronter au public. Le désir de prolonger l’expérience de la scène par le disque est né très naturellement. [...] Le souhait d’enregistrer ces sonates était très motivé par le violoncelle que m’avait fait le luthier Charles Riché en 1996. Je jouais auparavant des instruments anciens, j’avais deux violoncelles du XVIIIe siècle. Même si cela peut sembler paradoxal, c’est ce nouvel instrument, fabriqué d’après un modèle Stradivarius, qui m’a donné envie d’explorer et de me reconsacrer au répertoire soliste du violoncelle. [...] La richesse de ce répertoire réside dans le fait que le continuo n’est quasiment jamais spécifié. C’est donc à nous musiciens d’imaginer ce que l’on veut entendre. Ayant beaucoup pratiqué le continuo dans des ensembles, j’y attache évidemment une importante particulière : les perspectives sonores de la voix que l’on accompagne, sa mise en valeur découlent des textures sonores de l’accompagnement. Il y a toujours un instrument dominant qui privilégie une couleur, et cette couleur s’enrichit en fonction des harmoniques ajoutées, qui augmentent la richesse du spectre sonore. Ce travail de sculpture de la matière sonore se fait à plusieurs. Le continuo est l’art du partage : faire en sorte que chacun arrive à sentir ce qu’il va pouvoir faire pour rajouter dans la couleur ce qui va constituer son identité ; être là pour que le soliste s’épanouisse tout en alimentant un dialogue très interactif."

Choc Classica award