Dans la Rome de la fin du XVIIe siècle et du début du XVIIIe, des académies et des « conversations», organisées par des aristocrates et des cardinaux, attirent la fine fleur des lettrés et des musiciens. Les noms d’Arcangelo Corelli, Alessandro Scarlatti ou du jeune Georg Friedrich Haendel se signalent parmi d’autres. Giovanni Lorenzo Lulier, violoncelliste et compositeur surnommé « Giovanni del Violone », participe à cette intense activité musicale. (…) Lorsqu’en 1690 il entre dans l’entourage du cardinal Pietro Ottoboni, Lulier a déjà derrière lui une décennie d’activité en tant que compositeur d’oratorios, d’opéras et, surtout, de cantates de chambre. Constituée à l’origine d’une succession d’airs strophiques, la cantate s’affirme peu à peu comme un genre poétique et musical caractérisé par une alternance de récitatifs et d'airs (...).

On sait que les conversazioni des XVIIe et XVIIIe siècles prévoyaient aussi l’exécution de musique instrumentale. Le présent disque, tenant compte de cette spécificité, propose deux sonates instrumentales avec violoncelle attribuées à Lulier.