ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

Petite chronologie d'un projet

1945-49 : Le père de Walter Weller est violoniste aux Wiener Philharmoniker et lié d'amitié à Richard Strauss ; il enseigne le violon au petit-fils du compositeur... et à son propre fils, Walter. Celui-ci reçoit encouragements chaleureux et photos dédicacées du vieux maître.

1953 : Walter Weller a 13 ans ½ et fait ses premiers remplacements aux Wiener Philharmoniker...

1957 : Par concours, il y devient violoniste titulaire, puis, deux ans plus tard, à vingt ans concertmeister en jouant, accompagné par un Karajan subjugué au piano, les redoutables soli de Heldenleben.

1960-1971 : Walter Weller rejoue souvent ces solos en concert pendant douze ans, souvent avec Karl Böhm.

1972 : Walter Weller dépose son violon et fait ses adieux à la Philharmonie de Vienne et à son extraordinaire quatuor à cordes, vedette du catalogue Decca. Le virus de la baguette l'a définitivement emporté.

1972-2007 : Une brillante carrière de chef d'orchestre commence, six ans après avoir remplacé Böhm au pied levé à Vienne. Elle se déroulera essentiellement avec Decca pour les enregistrements (dont certains de référence) et sera principalement anglo-saxonne (Liverpool, London Philharmonic Orchestra, Royal Scottish National Orchestra), avec de nombreuses escapades vers les pays scandinaves, la Suisse (Opéra de Bâle) et l'Espagne.

2006 : Walter Weller est désigné directeur musical de l'Orchestre National de Belgique. C'est décidé : il va entamer une série d'enregistrements avec Fuga Libera. Le label lui fait rencontrer la pianiste bulgare Plamena Mangova, dont un rêve secret est de jouer... la Burleske de Richard Strauss. Weller, qui a souvent dirigé l'œuvre avec Arrau et Gulda au piano, prévient la jeune virtuose : C'est très difficile, il faut voir...

2007 : Après deux concerts, c'est tout vu : le projet est lancé.

2008 : Quel plus beau « complément » symbolique que d'y ajouter, tout simplement... Ein Heldenleben : Weller confie au directeur artistique : maintenant, l'orchestre a le bon son pour faire cela...

5 Diapason award