Avec Ars longa, la spécialiste du théorbe Elizabeth Kenny se consacre à un récital inventif – comme à son habitude – d’un répertoire varié couvrant cinq siècles. L’excentricité du théorbe, tant au niveau de son apparence que de son accord, ne laisse rien présager de ses qualités expressives et délicates. Sa versatilité se dévoile au fil de mélodies magnifiques, d’harmonies expérimentales et de basses à la résonance profonde. Ce récital fait voyager l’auditeur des premières œuvres avant-gardistes pour l’instrument signées Kapsperger et Piccinini aux sonorités nouvelles et créatives explorées par les compositeurs actuels. Tiré de Since it was the day of preparation … (2011), le motet de James MacMillan est une pièce troublante et mélancolique qui confie au théorbe le rôle d’emblème de la fragilité et de la tristesse humaine. Benjamin Oliver a composé Extending from the inside spécialement pour Elizabeth Kenny, qui savoure le défi unique de combiner des éléments de guitare funk avec la tradition baroque de la basse obstinée. Elizabeth Kenny a également inspiré à Nico Muhly sa Berceuse, une pièce qui exploite l’accord non conventionnel de l’instrument et ses puissantes possibilités expressives.