ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées. Les envois à destination du Royaume-Uni peuvent prendre entre 2 et 3 semaines.

Créée en 1686, Armide est le dernier ouvrage commun de Lully et du poète Philippe Quinault. Il devient aussitôt un pilier du répertoire et n’est retiré de l’affiche qu’en 1766, écarté pour une nouvelle vague de compositeurs, Philidor, Grétry, Gossec et bientôt Gluck... Quelques tentatives pour restaurer le goût ancien permettent d’entendre à nouveau des œuvres comme Persée, remontée en 1770 (et enregistrée par Hervé Niquet, ALPHA 967). Mais ces ouvrages sont profondément remaniés afin de mettre en valeur les instrumentistes de l’orchestre et de les adapter aux chanteurs du moment. C’est dans ce contexte que s’inscrit la fascinante Armide, inédite, qui sommeille à la Bibliothèque nationale depuis plus de deux siècles. Les retouches sont de Louis-Joseph Francœur, neveu du célèbre François Francœur, l’un des musiciens officiels de la cour de Louis XV. Plus qu’une recréation, l’enregistrement d’Armide dans sa version de 1778, réalisé à l'Arsenal Cité Musicale-Metz (France) en collaboration avec le Centre de musique baroque de Versailles est bel et bien une création, puisqu’aucune page n’en a jamais été jouée. Il permet d’appréhender un siècle de musique française par le biais de ses usages et de ses idées.

Disc of the Month BBC MUSIC MAGAZINE award Le choix de France Musique award

« Une permanente joliesse à laquelle la battue d'Hervé Niquet, toujours à fond de train, évite l'écueil de la mièvrerie, sans pour autant épargner la santé des pupitres de son Concert Spirituel. Vincent Borel »
Opéra Magazine
« La richesse des textures, la sombre intensité des cordes, la puissance dramatique de la sonorité comme de la direction sont autant d'atouts pour donner du poids à cette Armide hybride et survoltée. Loïc Chahine »
Diapason - 4 Diapasons
« L'interprétation proposée étant de haut niveau, notamment du côté des chanteurs. Marc Vigna »
Musikzen
« Hervé Niquet se lance avec un enthousiasme communicatif dans cette mission de redécouverte avec son ensemble du Concert Spirituel d'une cohérence et précision à toute épreuve, répondant à la moindre des sollicitations du chef. Brigitte Maroillat »
ForumOpéra
« Dans le rôle de Lucinde, entre virtuosité et élégie, Chantal Santon Jeffery parvient à insuffler un caractère touchant. L'aplomb de sa Phénice fait merveille face à l'Armide incandescente de Véronique Gens, qui prête son timbre somptueux à une large variété des affects. Philippe Ramin »
Classica - 3*
« Nouvelles pièces et nouvelles danses agrémentent cette version tournée autant vers le passé que vers l'avenir, intéressant témoignage d'une époque, amusant outil de comparaison avec les autres versions. Charlotte Saulneron »
ResMusica
« Cette Armide jette un pont entre les derniers feux du barque et les prémices du classicisme, et c'est bien ce qui la rend captivante. Elle bénéficie de plus de l'engagement sans faille du choeur et de l'orchestre du Concert Spirituel, et d'un plateau vocal de grande qualité. Sophie Bourdais »
Télérama
« L'excellente prise de son rend ainsi justice à l'orchestre du Concert Spirituel, à la précision cinglante des cordes, à la rutilance moirée des cuivres. Viet-Linh NGUYEN »
Muse Baroque