ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

Durant plus d’un siècle, des derniers Valois aux premières années du règne de Louis XIV, l’air de cour fut véritablement le genre emblématique de la musique française profane. Le terme témoigne de l’empreinte et de la transformation par les milieux mondains et lettrés de genres vocaux d’origine populaire comme le vaudeville, mâtinés d’influences italiennes (villanelle), basés sur les principes d’un strophisme musical simple qui facilitait une meilleure compréhension du texte poétique. Ce sont surtout trois compositeurs qui dominèrent la production d’airs de cour sous les règnes d’Henri IV et de Louis XIII, portant alors le genre à son apogée : Pierre Guédron (1565-1620), Antoine Boesset (1587-1643) et Étienne Moulinié (1599-1676). À l’occasion des 20 ans de son ensemble, Vincent Dumestre a choisi de célébrer l’Air de Cour en rassemblant des extraits issus de ses cinq enregistrements qui lui sont consacrés. Un livre accompagne ce double album avec un texte écrit par Thomas Leconte, du Centre de Musique Baroque de Versailles. Une riche iconographie et un éclairage historique par Alexandre Maral, conservateur général au Musée National du Château de Versailles, complètent l’ouvrage.

Le choix de France Musique award Klara Ordeel award

« Louons donc la beauté plastique du son, la richesse des polyphonies, la diversité rythmique des pièces qui invitent à la danse »
Diapason, 11/2019
« Ensemble merveilleux, prétexte à un petit bijou d’art qu’on rangera dans sa bibliothèque. - Jean-Charles Hoffelé »
Artamag
« Alors que Le Poème Harmonique a fêté son 20e anniversaire avec deux magnifiques publications chez Alpha (Airs de cour empruntant des chemins oubliés et Anamorfosi se révélant tout en pâmoisons harmoniques, la formation majeure du répertoire baroque dirigée de main de maître par Vincent Dumestre a choisi de ne pas se reposer sur ses lauriers en 2020. Bruno Guermonprez »
Le Figaro Magazine