ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées. Les envois à destination du Royaume-Uni peuvent prendre entre 2 et 3 semaines.

Pour son second enregistrement avec Linn, le charismatique pianiste Simon Trpčeski interprète les deux concertos pour piano de Chostakovitch avec l’exceptionnel Janáček Philharmonique Ostrava, sous la direction du nouveau directeur musical de l’Orchestre National de France, Cristian Măcelaru. Le premier concerto pour piano de Chostakovitch, d’une grande espièglerie, respire l’insouciance et l’assurance du jeune compositeur et s’accorde parfaitement avec le jeu enjoué de Simon et la trompette tonitruante d’Andreï Kavalinsky. Composé comme cadeau d’anniversaire (et quel cadeau !) pour le fils du compositeur, Maxim, le deuxième concerto pour piano est une pièce inhabituellement légère au vu de la morosité de l’époque durant laquelle elle vit le jour. La virtuosité diabolique et l’intelligence musicale de Simon se révèlent dans ce grand classique énergique du répertoire pour piano. En guise de rappel généreux, le violoniste Aleksandar Krapovski et le violoncelliste Alexander Somov de Makedonissimo se joignent à Simon pour le Trio avec piano n° 2 de Chostakovitch. Un album incontournable !

 

 

« Simon Trpčeski, ce pianiste macédonien remarqué par la limpidité fulgurante de son jeu. Le revoici aujourd'hui dans un succulent programme Chostakovitch. Soutenu à merveille par Christian Marcelaru, le nouveau chef de l'Orchestre national de France, les deux concertos affichent cette juvénilité libérée que la pureté diaphane de son toucher survolte avec cette clarté piquante qui faisait le charme percutant du compositeur lui-même dans ce concerto avec trompette et qui restitue la fraîche candeur du 2 e concerto écrit pour son fils Maxime, à peine sorti de l'adolescence. Entre les deux, une lecture intime du Trio nº 2 op. 67 où le pianiste crée une complicité émouvante mais discrète avec le violoniste Aleksandar Krapovski et le violoncelliste Alexander Somov. »
MAD Le Soir ***