ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées. Les envois à destination du Royaume-Uni peuvent prendre entre 2 et 3 semaines.

Avec le label Alpha, Giovanni Antonini se consacre depuis plus de cinq ans à l’enregistrement de l’intégrale des symphonies de Joseph Haydn. La série d’enrichit d’un autre monument du compositeur autrichien : Die Schöpfung (La Création), enregistré en 2019 avec le Chœur de la Radio bavaroise et son orchestre Il Giardino Armonico. Ce grand oratorio fut inspiré par ceux de Haendel, joués par de grands ensembles et entendus par Haydn lors de ses visites en Angleterre. La Création, composée entre septembre 1796 et avril 1798, lui demanda un investissement colossal, si bien qu’il en tomba même malade juste après sa première exécution ; mais l’œuvre connut un immense succès. Le mariage entre le chœur bavarois, si familier de ce chef-d’œuvre et les musiciens baroque du Giardino Armonico fonctionne à merveille, avec un trio vocal composé de solistes de premier plan : Anna Lucia Richter, Maximilian Schmitt et Florian Boesch.

Presto Classical Recording of the week award

« Dès le célèbre prélude, pourtant, Antonini choisit un tempo qui marque le pas, pour savourer la naissance du monde, de la lumière, du végétal, des animaux, de l'homme enfin. Timbres instrumentaux précis, choeur bavarois parfait entre murmures et grondements, solistes convaincants avec l'indémodable ténor Maximilien Schmitt en Adam et la jeune Anna Lucia Richter en Eve rafraichissante. Leur duo en plein bonheur paradisiaque est l'un des grands moments de cet enregistrement qui allonge la liste des très belles réussites, mais sans la bouleverser. »
L'Echo
« Les instruments articulent et déploient des trésors de nuances colorées, les voix produisent l'incarnation, c'est à dire la fragilité des figures d'Eve, Adam, Uriel et Gabriel, chacune avec une instabilité qui compense la droiture constante des instruments. Alexandre Pham »
ClassiqueNews
« Une tension existe, et les timbales à l'irruption de la lumière impressionnent. Les chœurs sont réussis, et parmi les airs, on retient ceux de soprano et de basse de la deuxième partie. Marc Vignal »
Musikzen