ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées

On connaît le flamboyant baryton Laurent Naouri, incarnation marquante des quatre rôles maléfiques des Contes d’Hoffmann de Paris au Metropolitan Opera de New-York ou inoubliable Golaud dans Pelléas et Mélisande... Mais c’est ici un Naouri intime, amoureux des mélodies de Fauré, Debussy et Poulenc qui nous donne rendez-vous : « Voici un répertoire que je fréquente depuis plus de trente ans, non parfois sans une certaine frustration : comment parvenir en effet à l’intimité qu’un poème comme Le Jet d’eau de Baudelaire suggère – quasiment une confidence sur l’oreiller – en étant contraint par l’écriture musicale à ‘projeter’ la voix ? Car si la musique classique chantée autorise la nuance piano ou pianissimo, il est toutefois inconcevable de murmurer à l’oreille de son auditeur. Pour murmurer, il faut un micro, et nous quittons là l’univers de la ‘mélodie’ pour entrer dans l’univers de la ‘chanson’, au sens où on l’entend au début de l’ère radiophonique. Je tournais autour de ces préoccupations depuis quelques années déjà, quand je fis la connaissance du guitariste de jazz Frédéric Loiseau. Nous avons fait nos premiers pas ensemble sur Les Berceaux, une mélodie qu’Yves Montand avait déjà tirée du côté de la chanson. Encouragé par le résultat, nous avons cherché d’autres titres qui nous paraissaient pouvoir profiter de ce traitement d’alcôve. »