ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées. Les envois à destination du Royaume-Uni peuvent prendre entre 2 et 3 semaines.

Composée en 1866 pour l’inauguration d’une chapelle votive à la cathédrale de Linz, la Messe n°2 d’Anton Bruckner est un bel exemple de modernité mêlée à une tradition musicale religieuse multiséculaire, dans la mesure où des instruments à vent viennent y dialoguer avec des chœurs d’inspiration grégorienne. Plus court en durée mais composé pour chœur et grand orchestre avec quatre solistes, son Te Deum composé en 1881 a été acclamé par d’illustres contemporains comme Richter ou Mahler, tandis que le compositeur, très autocritique d’ordinaire, estimait que la partition de cette œuvre amènerait Dieu à le “juger avec bienveillance”.

Éminent interprète du répertoire sacré, Philippe Herreweghe transmet ici avec ferveur sa vision de ces deux pièces majeures de la musique religieuse de la seconde moitié du XIXe siècle.

« Mais c'est davantage encore le «Te Deum» qui s'impose, porté par un quatuor de solistes remarquables – Hanna-Elisabeth Müller, Ann Hallenberg, Maximilian Schmitt et Tareq Nazmi. La relative brièveté de l'oeuvre – 24 minutes – autant que sa structure alternant louanges pieuses et explosions tout à la gloire céleste exigent un engagement total autant qu'une direction au scalpel pour ciseler les masses sonores. La magie Herreweghe. »
L'Echo - 4 étoiles
« Choeurs à la fois fusionnels et transparents, vents colorés, capables, entre les éclats, d'une infinie douceur, cette messe mêle la ferveur intimiste et l'affirmation triomphale. Les mêmes qualités que l'on retrouvera déclinées de toute autre façon dans le spectaculaire (et tardif) Te Deum, d'un dramatisme et d'une efficacité quasi verdiens, avec Müller, Hallenberg, Schmitt et Nazmi en solistes, et un chef touché par la grâce, au sommet de ses moyens. »
Libre Belgique - 4 étoiles
« Les vents détachés de l'Orchestre des Champs Elysées participent, par leurs sonorités archaïsantes, à une approche d'une grande lisibilité et d'une lumineuse simplicité. Jean-Claude Hulot »
Diapason - 5 Diapasons