ATTENTION: Ce coffret ne peut être livré que dans les régions suivantes: Europe et bassin méditerranéen. Nous regrettons que la livraison vers d'autres pays ne soit pas possible pour le moment, les commandes passées par erreur ne seront pas expédiées. Les envois à destination du Royaume-Uni peuvent prendre entre 2 et 3 semaines.

Après une Passion selon Saint Jean particulièrement saluée par la critique en 2020 (Gramophone Editor’s Choice, BBC Music Magazine Choice, Trophée Radio Classique), Philippe Herreweghe et son Collegium Vocale de Gand poursuivent leur quête au cœur de l'œuvre du compositeur qui a fait sa renommée mondiale avec deux cantates: l’une, écrite en 1726 (« Es ist dir gesagt, Mensch, was gut ist », BWV 45), s’articule autour d’une citation du Christ, interprétée par une voix de basse très virtuose, presque opératique, tandis que l’autre (« Laß, Fürstin, laß noch einen Strahl », BWV 198), écrite l’année suivante, fut composée à l’occasion des funérailles de Christiane Eberhardine, fille du margrave de Brandebourg-Bayreuth et ardente Luthérienne, dont la mort avait profondément affecté la population de Leipzig. Ces deux cantates sont accompagnées par le motet à la luminosité apaisante « O Jesu Christ, meins Lebens Licht » (BWV118), lui aussi composé à l’occasion de funérailles entre 1736 et 1737.

 

GRAMOPHONE Editor's Choice 1 award

« Particulièrement détendu, Herreweghe défend ces œuvres de ferveur avec une belle souplesse naturelle dans un mélange de clarté rayonnante et de piétisme intime. »
MAD LeSoir ***
« Entourée de sa garde rapprochée, rejointe par le plus “récent” Alex Potter – parfois fragile –, Herreweghe va à l'essentiel, avec un choeur lumineux et homogène, un rapport serré au texte, et une rythmique dansante, à travers tout. »
La Libre Belgique ***
« Philippe Herreweghe n'est pas l'homme des excès, il est plutôt porteur de la retenue, de l'introspection et, surtout, de la ferveur, qualités que chaque auditeur appréciera à l'aulne de sa propre sensibilité face à ces trois pages à l'inspiration si haute. Dans le présent CD, la réussite est au rendez-vous, avec des solistes profonds, des chœurs maîtrisés, un ensemble instrumental tout aussi vivant que varié, et un Herreweghe convaincant, qui met bien au cœur du programme cette « lumière de la vie » que son titre suggère. »
Crescendo Magazine
« La réalisation se situe à un excellent niveau – pouvait-on imaginer moins de la part de Philippe Herreweghe et de ses amis ? Yvan Beuvard »
Forum Opéra
« Un enregistrement du chef flamand se reconnaît à sa quête d'homogénéité et de sérénité. Cette marque de fabrique se retrouve ici, mais avec un sens de la pulsation, une ardeur qui la transcendent. »
Diapason
« “[...] On y admire la douceur et la tension émotionnelle” Gérard Pangon »
Musikzen
« Philippe Herreweghe [...] n'hésite pas à faire saillir les angles de la douleur sous une texture chorale et instrumentale d'une admirable beauté, à la fois moirée et perméable à la lumière. Philippe Venturini, cinq étoiles »
Classica
« l'homogénéité parfaite du chœur gantois, sa ductilité, son mélange de puissance et de douceur, sont là plus que jamais. Et la pulsation idéale d'Herreweghe dans ce répertoire reste une splendeur.Pour compléter le programme, une autre cantate, datant elle de 1726 – la belle Es ist gesagt, Mensch, was gut ist BWV 45 – et le "motet" BWV 118 O Jesu Christ, mein's Lebens Licht sont proposés avec les mêmes forces et qualités. »
Choix Musiq3